Présentation du régime Zermati : Avis, prix, effet …

régime ZermatiMaigrir sans régime, c’est ce que propose la méthode mise au point par le docteur Jean-Philippe Zermati.

A l’opposé de toutes les méthodes minceur traditionnelles, le programme amincissant vous fera perdre vos kilos superflus sans que vous ayez besoin de vous priver.

Libéré des restrictions qui vous semblaient jusqu’à présent indispensables pour maigrir, vous apprenez à rester à l’écoute de votre corps et de ses besoins naturels…

Et si la meilleure façon d’afficher une ligne svelte pour longtemps était de manger à sa faim ? Plus qu’une thérapie, le régime Zermati se positionne comme étant un vrai retour aux sources.

Les origines du régime Zermati

Nutritionniste de formation, le docteur Jean-Philippe Zermati part d’un constat amer. Au début des années 1990, des études scientifiques révèlent que 95 % des patients ayant suivi un régime par le passé ont systématiquement retrouvé leur poids, voire même au-delà.

Pire, certains ont développé de graves troubles du comportement alimentaire. Il décide alors de renoncer à ses convictions scientifiques et de trouver une autre solution.

Le médecin, qui a toujours montré un vif intérêt pour la psychologie de l’acte alimentaire, a alors commencé à ouvrir en 1989 le premier groupe privé multidisciplinaire associant nutritionnistes, kinésithérapeutes, psychologues et psychomotriciens.

Son expérience en préparation nutritionnelle des athlètes de haut niveau l’amène à être l’un des premiers à préconiser la réintroduction des féculents dans les régimes amaigrissants.

Il démontre sa position en organisant en 1992 le programme Un an pour changer qui consiste à préparer en un an des personnes en surpoids au marathon de Paris.

Puis, le docteur Jean-Philippe Zermati dénonce les méfaits des méthodes amaigrissantes à travers son livre La fin des régimes publié le 20 juillet 1998.

La même année, il fonde aux côtés du psychiatre renommé, le docteur Gérard Apfelbaum, l’association du Groupe de Réflexion sur l’Obésité et le Surpoids (GROS) qui développe des alternatives à la conduite des régimes, quels qu’ils soient, pour recentrer l’individu sur ses propres sensations et ses systèmes de régulation, afin qu’il puisse atteindre son poids morphologique naturel et non celui qui peut lui être imposé par les diktats agressifs de la mode.

En 2002, le docteur Zermati écrit Maigrir sans régime dans lequel il explique comment maigrir en traitant les comportements de restriction.

Toujours dans la même optique, il cherche à nous mettre en garde contre les régimes traditionnels bien trop restrictifs au moyen de son ouvrage intitulé La dictature des régimes attention !, qu’il rédigea en 2006 avec le psychiatre Gérard Apfeldorfer. Depuis, le docteur Jean-Philippe Zermati est régulièrement sollicité par les médias pour lesquels il devient la référence anti-régime.

Les grands principes du régime Zermati

Dans sa méthode minceur, le docteur Zermati ne développe non pas un régime, puisqu’il est farouchement opposé à tout ce qui porte ce nom, mais une méthode minceur ludique et naturelle.

Son programme révolutionnaire est avant tout basé sur l’écoute de ses propres sensations sans jamais s’interdire de manger mais en tentant simplement de se maintenir à son poids génétique.

Un régime où il est interdit d’interdire !

Et s’il suffisait de se réconcilier avec la nourriture et avec soi-même pour retrouver le poids idéal ?

Le docteur Jean-Philippe Zermati part du principe exact et vérifié depuis longtemps que nous avons tous un poids morphologique qui n’est pas forcément en accord avec les diktats de la société et de la mode.

Constatant que la majorité des individus sont obsédés par les kilos superflus et sont donc sous contrôle permanent pour perdre du poids, frustrés par des interdits, le médecin propose tout simplement de se libérer de l’état de restriction cognitive, qui veut que l’on se prive et s’interdise du plaisir et de ses vraies sensations.

Si vous avez tout essayé pour retrouver en vain une silhouette harmonieuse et que vous êtes un épicurien dans l’âme, son crédo devrait vous intéresser puisque selon le célèbre nutritionniste, plus on fait de régimes, plus on grossit à la reprise d’une alimentation moins stricte.

Laissons le corps savoir ce dont il a besoin ! Une bonne fois pour toute, vous devez renoncer à vous priver et tirer un trait sur la torture des aliments interdits.

Pour maigrir avec le programme Zermati, vous allez alors devoir balayer de votre esprit toutes ses croyances durement assimilées sur la diététique à grand renfort de clichés sur le genre.

C’est probablement la démarche la plus difficile à entreprendre tant le dogme est profondément ancré dans les esprits de chacun. Il est alors grand temps d’ouvrir les yeux sur une toute autre manière de manger, la plus logique et la plus saine pour le corps et l’esprit.

Modifier son comportement alimentaire pour parvenir à un équilibre naturel

Tous les régimes amaigrissants enferment dans un carcan alimentaire sans permettre pour autant de maigrir définitivement.

Tôt ou tard, le verdict de la balance est sans appel, nous avons repris le poids perdu, si ce n’est pas davantage. Commencent alors de nouvelles privations et vous voilà pris malgré vous dans un engrenage fait de frustration et de culpabilité.

La souffrance est réelle et l’unique solution pour perdre du poids serait de prendre enfin conscience que ces régimes sont tout simplement inefficaces et pervers.

Surtout basé sur l’acte alimentaire dans sa dimension psychologique, le médecin thérapeute comportementaliste prône une approche diamétralement opposée aux régimes classiques qui nous incitent à afficher un corps de plus en plus filiforme, quitte à mettre notre santé en danger.

Le régime Zermati se présente véritablement comme une diète d’un nouveau genre, une méthode amincissante pour perdre du poids à son rythme et de manière durable.

Véritable rééducation alimentaire, le programme amaigrissant du docteur Zermati ne se base en aucun cas sur des restrictions, comme le font tous les régimes traditionnels, mais sur une meilleure compréhension de nos erreurs en termes d’équilibre alimentaire.

Le nutritionniste prouve que nous pouvons maigrir sans aucun interdit, en respectant notre personnalité et notre corps, en apprenant tout simplement à modifier notre comportement alimentaire.

Car manger est un bonheur qui fait aussi maigrir en plus de vous mettre à l’abri des maladies chroniques de notre société moderne. Alors pourquoi continuer à se priver ?

Rester à l’écoute des besoins de son corps

Pour maigrir sans régime, une bonne fois pour toutes, le docteur Zermati recommande de renouer avec vos sensations alimentaires. La faim, la satiété, l’envie de manger des aliments en particulier sont autant de sensations simples, mais que les régimes font disparaître.

La plupart des diètes amaigrissantes vous contraignent à prendre impérativement trois repas par jour et surtout de n’en sauter aucun. Un des principes de la méthode Zermati proclame tout l’inverse !

Le nutritionniste vous éclaire sur d’autres notions nécessaires pour comprendre le fonctionnement du comportement alimentaire, comme le rassasiement gustatif et spécifique ou l’appétit prévisionnel.

Selon le spécialiste, il s’agit donc de faire confiance à son corps et aux messages qu’il nous envoie pour perdre du poids sans effort.

Ces indicateurs précieux permettent de manger selon les besoins du corps, et d’en finir une bonne fois pour toutes avec les problèmes de poids qui vous gâchent la vie. Lors d’un régime, ces sensations alimentaires sont reléguées au second plan au profit du nombre de calories.

Tous les diktats du soit disant bien manger négligent ces marqueurs corporels qui sont pourtant indispensables au bon fonctionnement de l’organisme.

Or, les sensations de faim et de satiété sont les seuls vrais repères pour manger juste, selon ses besoins, ni plus, ni moins. C’est la raison pour laquelle ils sont au cœur de la méthode Zermati pour maigrir sans régime et donc, sans aucune restriction.

Le régime Zermati permet ainsi de remettre son corps et ses besoins au centre de son attention, et de prendre soin de soi. Par conséquent, vous devez manger uniquement quand votre corps le réclame, c’est-à-dire que vous pouvez manger deux fois comme cinq fois par jour. Tout dépendra de votre corps et de cette fameuse sensation de faim.

Chaque personne est différente et doit apprendre à écouter ses besoins. Vous pouvez donc sauter des repas, décaler les horaires de repas et même manger entre les repas si c’est ce que votre corps vous dicte.

Le régime Zermati en pratique

Tenir un carnet alimentaire au quotidien

Il faut commencer par s’observer manger. Pour cela, vous devez analyser impitoyablement votre alimentation en notant sur un carnet les quantités et le contenu de prises alimentaires. Après avoir noté tous les aliments ingérés, interrogez-vous sur ces points bien précis par écrit :

  • Aviez-vous faim au moment de manger ?
  • Quel était votre état d’esprit en mangeant ?
  • Avez-vous mangé sans faim et pourquoi ?
  • Avez-vous fait autre chose en mangeant, lire, regarder la télévision, consulter l’ordinateur, etc… ?
  • Où avez-vous pris votre repas, était-ce chez vous, à l’extérieur, au travail, etc… ?
  • Avec qui vous étiez-vous mis à table ?
  • A quelle heure aviez-vous consommé votre repas ?

Ensuite, vous devrez définir les impressions qui y sont liées. Ressentiez-vous de la colère, de l’envie, de la faim, de la satiété, de la frustration, du plaisir, du stress ?

Au bout d’une dizaine de jours et après avoir noté et répondu à toutes ces questions, vous devriez voir rapidement ce qui ne va pas lorsque vous mangez, ce qui va vous permettre de rectifier vos erreurs.

Reconnaître la sensation de satiété

Une fois que vous vous êtes fait une idée plus précise de ce qui constitue votre alimentation, il convient de se rapprocher des vrais sensations alimentaires, donc ne plus s’observer, mais se concentrer sur vos besoins physiologiques effectifs afin de réguler vos besoins alimentaires.

On oublie la gourmandise ! Il s’agit là de dissocier la simple envie de manger et la faim réelle. En quelque sorte, il s’agit de vous préparer un plat que vous aimez uniquement si vous avez vraiment faim, et non si vous en a envie, tout en retirant les sources de tensions possibles durant les repas ou les collations.

Bien sûr, le but est ensuite de s’arrêter de manger lorsque vous vous sentez rassasié. En effet, selon le nutritionniste, tant que vous mangez à votre faim, aucun aliment ne vous fera grossir.

C’est tout ce que vous ingurgiterez sans faim qui vous fera prendre du poids, car ces aliments seront alors stockés dans votre organisme au lieu d’être éliminés. En effet, l’absence de faim signifie qu’il digère encore le précédent repas.

Inversement, si vous mangez quand vous avez faim, votre corps a eu suffisamment le temps d’éliminer, et le repas n’a aucune incidence sur votre poids. Il faut donc impérativement apprendre à écouter son corps et ses besoins, pas plus !

Dans son livre Maigrir sans régime, le docteur Jean-Philippe Zermati vous donne quelques petits exercices pour y parvenir. En attendant de le lire, vous pouvez vous entraîner en essayant de vous servir de petites portions au moment des repas. Après avoir fini, attendez quelques minutes et si vous avez encore faim, vous pourrez vous resservir.

Si vous vous sentez rassasié, c’est que vous n’avez pas besoin de vous nourrir davantage. N’attendez donc pas d’arriver à un niveau où le ventre est complètement rempli pour percevoir la sensation de satiété !

De façon plus subtile, concentrez-vous sur ce que vous avalez, en mastiquant lentement et sans rien faire d’autre en même temps. Evitez toutes sources de distraction, tout ce qui pourrait venir perturber cet acte si essentiel qu’est le fait de manger.

Donc pas de stress, pas de télévision ni de téléphone, pas de conflit à table. Vous devez déguster le contenu de votre assiette dans le calme et profiter pleinement de cet instant précis, sans penser à rien d’autre qui pourrait venir gâcher ce plaisir. C’est seulement ainsi que vous pourrez facilement détecter les signes de rassasiement.

Apprendre à ne plus diaboliser les aliments interdits

Enfin, la dernière étape de la méthode Zermati qui, jusque-là restait très physiologique, entre dans une phase de guérison psychologique.

Une fois que vous avez pris la bonne habitude de vous arrêter de manger aux premiers signaux de satiété, vous devez vous affranchir des tabous alimentaires, vous enlever de la tête le cliché des aliments qui font grossir et accepter définitivement le fait que vous êtes parfaitement libre de manger de tout, sans avoir des idées préconçues sur les aliments.

Pour cela, vous pouvez par exemple remplacer votre déjeuner par uniquement une prise de chocolat ou des gâteaux si c’est ce type d’aliment qui vous fait le plus envie. Vous pouvez faire cela pendant environ quatre jours, mais toutefois avec modération.

Vous pouvez alors succomber à la tentation et mettre de côté le déjeuner classique pour vous délecter d’un éclair au chocolat, d’un brownie ou autre petit délice jusqu’à ce que vous n’ayez plus faim, comme vous le feriez avec les légumes verts dans la plupart des régimes !

Le docteur Jean-Philippe Zermati met véritablement un point d’honneur à ce que vous arrêtiez de penser que certains aliments font grossir et d’autres maigrir. C’est seulement tout ce que vous mangerez en excès qui vous fera prendre du poids. Même une simple salade verte produit le même effet !

Vous avez donc le droit de manger tout ce que vous avez envie sans culpabiliser. Chocolat, aussi bien noir, au lait que blanc ou fourré au praliné, la charcuterie, les frites, les desserts riches en sucres, etc… tout est permis.

Continuer à écouter son corps

Pour autant, il n’est pas question de vous délecter de vos péchés mignons à volonté. L’essentiel est de ne pas se goinfrer quand votre corps vous indique qu’il est rassasié.

En effet, les phases précédentes vous ont appris à vous arrêter au bon moment, c’est-à-dire à ne pas manger au-delà de votre faim.

Par conséquent, le compteur calorique que le cerveau possède naturellement étant de nouveau opérationnel, vous ne courez donc aucun risque d’en ingérer plus que ce que réclament vos besoins énergétiques.

Ainsi, vous maigrirez doucement mais sûrement, seulement si vous avez des kilos en trop. Dans le cas où vous souhaitez juste conserver votre ligne, vous avez toutes les cartes en main pour garder un corps harmonieux et en pleine forme.

Le régime Zermati pour une perte de poids durable

La raison de votre surpoids ? Le docteur Jean-Philippe Zermati l’affirme, elle provient du fait que vous mangez trop.

Que ce soit par habitude, par inattention, pour des raisons sociales, par ennui ou fatigue, par gourmandise sans réellement apprécier l’aliment, ou encore sous l’effet de frustrations ou pour calmer une émotion, manger alors que vous n’avez plus faim contraindra votre organisme à stocker le surplus.

S’il est possible de perdre du poids en suivant un régime et en s’interdisant vos aliments préférés, plus le temps passe et plus ce contrôle alimentaire devient difficile à supporter. C’est la raison pour laquelle les régimes n’ont qu’un effet temporaire.

Pour perdre du poids durablement, il vous faut avant tout réapprendre à appréhender la faim et à ressentir la satiété, devenir capable de ne pas manger en fonction de ses émotions, si tel est le cas.

Le programme Zermati vous aide à vous réapproprier vos sensations de faim et de satiété, véritable clé de voûte d’un amaigrissement définitif.

La méthode minceur imaginée par le nutritionniste de renom international vous permet de faire évoluer votre comportement alimentaire en travaillant sur la gestion de vos compulsions et de vos envies de manger émotionnelles, sans oublier l’importance d’intégrer de l’activité physique régulière dans votre quotidien :

  • Comportement alimentaire : le régime Zermati vous aide à reconnaître et à respecter votre faim et votre satiété. Vous apprenez à déguster attentivement les aliments que vous aimez plutôt que de les avaler seulement pour vous sentir plus apaisé. Sans même vous en rendre compte, vous mangerez en moins grande quantité et avec beaucoup plus de plaisir ;
  • Gestion émotionnelle : grâce au régime Zermati, vous saurez repérer les situations dans lesquelles vous êtes plus vulnérable. Vous découvrirez les raisons comportementales et émotionnelles qui vous conduisent à manger en trop grande quantité, mais aussi comment compenser votre stress autrement que par la nourriture. Vous accepterez vos émotions sans chercher à les éviter ou à les minorer en mangeant excessivement ;
  • Forme : la dimension forme est essentielle pour retrouver votre poids d’équilibre. Elle permet de compléter les autres dimensions. En associant de l’exercice physique régulier à une alimentation équilibrée placée sous le signe du plaisir, vous vous orientez forcément sur la voie de la réussite. Votre corps et votre esprit sont dynamisés, vous redécouvrez vos sensations corporelles, vous videz toute la pression émotionnelle et tonifiez votre corps.

Retrouver ses intuitions naturelles

Manger est un acte naturel. Pourtant, dans notre société occidentale, nous avons perdu toute intuition et rencontrons de plus en plus de difficultés à nous nourrir correctement. Avec la méthode Zermati, vous apprenez à retrouver une alimentation sereine et régulée.

Pallier à l’angoisse de manger

De nos jours, il est extrêmement complexe de se nourrir avec des aliments bons pour la santé et qui apportent simultanément du plaisir. Les tentations sont de plus en plus nombreuses, on mange de plus en plus, et les résultats sont sans appel, on prend du poids.

La nourriture est devenue une source d’angoisse et de culpabilité. Vous êtes alors nombreux à tenter de vous raisonner en suivant les injonctions sévères de tel ou tel régime miracle. Inévitablement, vous passez avec fougue du contrôle strict au craquage compulsif.

Quant au discours ambiant sur la nutrition, il est difficile de savoir ce qui est préférable ou non de manger, à quel moment il convient de s’arrêter, s’il faut mieux ressentir la faim ou non. Face à toutes ces questions, comment trouver un équilibre ?

Le danger des régimes privatifs

Pour le docteur Jean-Philippe Zermati, les régimes sont bel et bien le problème de fond. Tout d’abord, stabiliser son poids suite à un régime restrictif semble impossible car on ne peut pas adapter son alimentation pour toujours.

Articles complémentaire :   Présentation du régime Cohen : Avis, prix, effet ...

Le médecin démontre avec ferveur que les régimes miracles et les méthodes amaigrissantes sévères sont néfastes pour la santé à long terme.

Entre les carences à répétition et le moral au plus bas provoqué par des repas peu attrayants, le corps se retrouve particulièrement malmené. Sans parler qu’à la reprise d’une alimentation plus variée, les kilos refont surface, parfois sans se gêner de revenir en double.

Pour le spécialiste de la nutrition, la vraie solution pour perdre du poids réside dans un retour à des règles de base de l’alimentation, notamment le respect des sensations alimentaires comme la faim et la satiété, sans négliger la variété des ingrédients composant vos menus pour apporter un maximum de nutriments à votre organisme.

Une alimentation sensée pour perdre du poids

Les complications et les maladies liées au surpoids ne cessent de se développer dans une société moderne qui prône toujours plus le culte de la minceur.

Mais quelle place tient réellement l’alimentation dans notre santé ? La question se pose alors que l’obésité touche de plus en plus de personnes en France.

Le docteur Jean-Philippe Zermati met à mal les idées reçues sur la nutrition et s’interroge sur notre mode de vie de plus en plus sédentaire.

Sa méthode amaigrissante vous inculque les bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids en mangeant mieux, en mettant un terme définitif à la privation et à la diabolisation des aliments jugés trop riches pour être bon pour la santé.

En suivant les conseils du médecin, vous savez désormais comment parvenir à manger sereinement sans culpabilité, ni angoisse.

Vous renouez avec une alimentation adaptée à vos besoins bien spécifiques et à vos envies, sans tenir compte de la pression de la société qui encourage à manger léger et à prendre des repas à des moments bien précis.

En redevenant un mangeur régulé, vous allez perdre vos kilos en trop jusqu’à parvenir à votre poids d’équilibre sans frustrations, ni interdits.

Maigrir naturellement sans se priver

Des interdits alimentaires inutiles

Les personnes ayant suivi beaucoup de régimes s’imposent souvent des interdits alimentaires très stricts. Tel aliment est interdit car il est trop gras, tel autre l’est tout autant car il provoque des craquages, etc…

En tentant de maîtriser en permanence son alimentation et en négligeant ses envies, la frustration finit par apparaître. Se met alors en place un véritable cercle vicieux dans lequel il devient difficile d’en sortir.

La personne en restriction cognitive vit des périodes de fringales intenses, aussi fortes que les tentatives de contrôle permanent.

Elle mange pour se calmer mais après avoir ingurgité toute cette nourriture, elle ressent de la culpabilité, et donc elle mange à nouveau pour se réconforter. Pour étayer son concept, le docteur Jean-Philippe Zermati propose de nombreux exercices à mener sur plusieurs jours.

Sa méthode minceur allie donc la théorie à la pratique puisqu’en observant et en faisant les exercices proposés, vous modifiez progressivement votre comportement alimentaire et vous retrouvez un rapport sain avec la nourriture, afin de parvenir à un équilibre alimentaire à vie.

Se préserver de la peur de grossir

Le médecin aborde également une autre source de stress pour les personnes qui essaient de maigrir. La perte de poids initiale entraîne l’individu dans une spirale infernale, celle de la peur de regrossir. Et à ce titre, même le régime qui se dit équilibré est dangereux.

Chaque moment de la vie quotidienne peut alors devenir problématique. Cette source de stress s’active lors du passage sur la balance, d’une simple réflexion, d’une sortie, et va perturber le comportement alimentaire.

Le poids devient alors un souci permanent et tous les aliments deviennent des ennemis. Le simple fait de manger se transforme alors en une véritable frayeur, et le comportement alimentaire devient anarchique. La solution, c’est donc de maigrir sans régime !

La démarche de Jean-Philippe Zermati est de vous convaincre que vous pouvez très bien manger ce qui vous fait envie sans risquer de grossir et tout en prenant soin de votre santé.

En effet, se restreindre constamment maltraite votre organisme qui se trouve déboussolé et finit par stocker plus que de raison.

Le régime Zermati vous fait prendre conscience qu’il est totalement inutile de priver votre corps des aliments qui lui font du bien. C’est ainsi que vous vous libérerez de cette peur démesurée de grossir.

En conséquence, le cercle vicieux deviendra un cercle vertueux, le seul capable de mettre fin aux compulsions alimentaires.

Car en effet, ce sont les privations imposées par les régimes restrictifs qui sont responsables des excès alimentaires, ces compulsions deviennent des moyens de compenser les frustrations accumulées. Quoi qu’il en soit, il est inutile et surtout dangereux de vouloir maigrir en dessous du poids de forme, cela vous exposerait à la faim et au yoyo.

Gérer ses émotions pour maigrir durablement

Les émotions telles que le stress, la tristesse ou la colère nous poussent à manger sans avoir faim. Cette recherche de réconfort par la nourriture est souvent vaine, car elle donne lieu à des craquages où vous avalez la nourriture en grande quantité et finalement sans vraiment de plaisir.

Identifier ses émotions, les accepter et apprendre à y répondre autrement que par la nourriture sont autant de pistes que donne le docteur Jean-Philippe Zermati pour en finir avec les envies de manger émotionnelles.

Pour cela, le nutritionniste propose plusieurs techniques de régulation qui visent à augmenter la tolérance émotionnelle. Par exemple :

  • Exercice 1 : Décrivez en votre for intérieur la composition des aliments ou des plats que vous dégustez. Visualisez la forme, la couleur, les ingrédients, les épices, la cuisson, la présentation etc… En bref, prenez-vous pour un critique gastronomique et faites appel à vos sens. Vous verrez que vous aurez alors deux fois plus de plaisir, de réconfort à savourer les aliments plutôt que de les avaler grossièrement.
  • Exercice 2 : Recherchez les caractéristiques des aliments qui vous plaisent. Vue, aspect, couleur, forme, odorat, saveurs, sons, consistance, température, listez toutes leurs qualités. Plus vous mangez de la nourriture que vous aimez, plus vous serez facilement rassasiée. La tête ainsi que le corps reçoivent une réponse positive de la part de la nourriture qu’ils réclament, et la satisfaction n’en est que plus importante !

Ce travail d’analyse des émotions que vous cherchez à éviter en ingurgitant des aliments de manière excessive s’avère être primordial pour traiter les kilos émotionnels.

Il vous permet en effet d’agir à la source du surpoids afin de retrouver un apaisement dans votre rapport à la nourriture, et cela, sans régime.

Avec sa méthode amaigrissante, le docteur Jean-Philippe Zermati bouleverse vos préjugés concernant la nutrition, et offre un guide précieux et un programme complet pour tous ceux et celles qui souhaitent maigrir durablement et en finir avec la peur de grossir.

Agir sur l’élément déclencheur de vos émotions

Pour éviter de manger de manière compulsive, il est indispensable d’agir sur l’élément déclencheur de vos émotions.

Et pour cela, vous devez faire appel à votre positivisme. Vous êtes coincé dans les embouteillages. Stressé, vous avez une furieuse envie de dévorer le paquet de gâteaux enfoui dans la boîte à gants ?

Calmez-vous, relativisez, cela ne vaut pas le coup. Pour vous contrôler, vous devez identifier les pensées qui vous parasitent, les analyser et réfléchir au-delà. Si vous craquez, la nourriture ne produira plus ses sensations que vous appréciez tant, mais juste de la culpabilité, une sensation de vide, de n’être jamais rassasié.

Gardez à l’esprit que manger ne constitue une stratégie réconfortante que lorsqu’elle produit des sensations positives, et non l’inverse comme c’est souvent le cas dans le cadre d’un grignotage compulsif.

Le médecin nutritionniste vous montre ainsi une autre facette de la nourriture, celle qui procure avant tout des émotions positives, qui peuvent rassurer et soulager des états d’âme.

Pour éviter de vous jeter sur la nourriture à chaque problème, vous apprenez plutôt à vous réconforter en dégustant. Vos émotions doivent vous nourrir plutôt que de vous remplir ! Manger lorsque l’on a faim procure des sensations beaucoup plus positives.

Et la gourmandise ?

De la même manière, vous pouvez aussi vous autoriser quelques petits excès. Quand un plat est succulent, ou dans des circonstances exceptionnelles, il est possible que vous mangiez au-delà de votre faim.

Vous pouvez facilement compenser par la suite car votre faim sera réduite lors des repas suivants, et vous mangerez beaucoup moins.

Ce nouveau mode d’alimentation inculqué par la méthode Zermati va finir par s’adapter naturellement à votre mode de vie.

Et vous pourrez garder votre poids de forme à vie. Bien sûr, il s’agit aussi de réguler soi-même son alimentation en mangeant de tout, et pas seulement de vos aliments favoris, pour des raisons de santé évidentes.

Comment bien manger avec le régime Zermati

Au moment de manger, vous devez appliquer quelques règles de base :

  • Installez-vous à table. Le repas ne s’avale jamais debout, en vitesse, en marchant, etc… ;
  • Vous mangez sans rien faire d’autre. Laissez de côté la télévision, les magazines, le journal et les livres. Vous vous contentez d’une simple conversation, ce qui aura pour avantage de rétablir la convivialité ;
  • Concentrez-vous sur les sensations, les goûts, et prenez votre temps sans penser à autre chose ;
  • Détendez-vous pendant et après le repas, respirez profondément, chassez de votre esprit les pensées parasites, relaxez-vous et profitez de l’instant présent ;
  • Vous ne devez pas oublier aussi de reprendre votre respiration pendant que vous mâchez, pour apprécier chaque bouchée et en ressentir la saveur ;
  • Et surtout, il ne faut pas être stressé par le simple fait de prendre son repas. Vous avez le droit de concilier le fait de manger avec la notion de plaisir, et ainsi de donner une place privilégiée aux aliments gras, sucrés, salés si vous les aimez. Il faut seulement tenter de vous arrêter lorsque vous êtes repu ;
  • Pour vous aider, vous pouvez utiliser des petits contenants à la maison. Si vous n’aimez pas le gâchis, et que vous vous sentez obligé de finir votre plat à chaque fois, servez-vous d’abord dans une petite assiette ;
  • Posez vos couverts toutes les trois bouchées afin de vous donner le temps de bien mastiquer, d’arrêter d’absorber machinalement la nourriture et d’avaler le repas à toute vitesse et ce, même si vous avez très faim. Dans tous les cas, l’estomac ne ressent la satiété qu’au bout de 20 minutes. Et puis, en mangeant lentement, vous ressentez davantage la saveur de chaque ingrédient ;
  • Finissez votre repas en dernier. Il s’agit d’un bon exercice pour manger plus lentement. Observez les autres personnes présentes à table et arrangez-vous pour finir votre repas après eux.

Comment déceler sa faim et réguler son alimentation ?

Pour vous aider à vous comprendre, vous pouvez imager l’acte de manger comme le fait de recharger un appareil électronique.

Il n’a besoin d’être alimenté que lorsque la batterie est à plat, pas avant. Si vous ne ressentez pas les symptômes de la faim, c’est tout simplement qu’il est inutile de manger.

Si vous ne ressentez pas la faim, procédez à cet exercice : ne mangez pas le matin, et emportez au bureau une petite collation, pouvant être un croissant, des biscuits, un yaourt, tout ce qui vous fait plaisir.

Attendez 3 à 4 heures pour que la faim se manifeste vraiment, retenez les sensations, et mangez votre collation.

S’arrêter à satiété

La satiété est en lien direct avec le plaisir gustatif. Souvent, avoir faim, c’est aussi avoir envie de manger, et donc prendre du plaisir à déguster son repas. Lorsque vous mangez, posez-vous toujours ces questions : est-ce que cela vous plaît ? Est-ce que c’est bon. Etes-vous satisfait ?

Si l’aliment est jugé bon, cherchez à savoir s’il vous procure en même temps du plaisir. En effet, même en avalant votre aliment préféré, si ni la faim ni l’envie ne sont au rendez-vous, vous ne ressentirez aucun plaisir.

Être rassasié ne signifie pas automatiquement avoir le ventre plein. Quand votre plat ne vous attire plus gustativement parlant, il est inutile d’insister. Vous avez atteint la satiété, autrement dit la disparition du plaisir.

Manger des aliments tabous sans complexe

Après quelques jours à suivre le régime Zermati, vous pouvez procéder à un bilan.

Réussissez-vous à bien percevoir les sensations ?

En tenez-vous compte ? Arrivez-vous à manger plus lentement ? Parvenez-vous à vous arrêter ? Si tel est le cas, vous êtes sur la bonne voie pour retrouver votre poids de forme. Il vous faut maintenant arriver à manger de tout.

Calories et quantités

Les aliments sucrés ne sont pas plus mauvais pour votre ligne que les autres. Dites-vous bien que deux carrés de chocolat ne font pas plus grossir qu’un yaourt léger. L’important, ce sont les calories, pas la nature ni la composition des aliments.

Ainsi, si vous avez faim et que vous décidez de manger deux carrés de chocolat, vous ne prendrez pas plus de poids que si vous avalez un yaourt à 0 % de matière grasse.

L’essentiel n’est pas la quantité de graisse, la dose de sucre ou de sel, mais bien l’apport calorique, qui varie en fonction de la quantité.

Désintéressez-vous de la composition chimique des aliments, et préférez la qualité à la quantité.

Un saladier de légumes est probablement bon pour la santé, mais non seulement il s’avèrera être trop copieux pour la faim, mais en plus, vous pouvez le remplacer par quelques bouchées de votre plat préféré sans prendre un gramme, toujours à la seule condition d’avoir faim.

Vaincre la peur de manquer

S’il vous arrive d’ingurgiter en vitesse des aliments censés être tabous en pensant que par la suite, vous n’aurez plus le droit d’en manger puisque ces aliments sont interdits et que vous avez donc tout intérêt à en profiter aujourd’hui, vous n’avez plus rien à craindre.

La méthode Zermati prouve bien qu’il est parfaitement envisageable de manger de tout. Lorsque l’on a faim, le chocolat est éliminé de la même manière que la soupe, pourvu que vous vous arrêtiez à satiété.

Se prouver par soi-même que les aliments interdits ne sont pas néfastes pour la ligne

Vous n’êtes pas encore convaincu que des aliments riches peuvent vous faire maigrir ? Pendant six jours, substituez les laitages et les fruits des repas par deux carrés de chocolat. Pesez-vous au début et à la fin de cet exercice.

Vous constaterez que l’aiguille de la balance affiche des grammes, peut-être même des kilos en moins.

Vous pouvez tenter l’expérience autrement, et remplacer purement et simplement le déjeuner ou le dîner par une demi à une tablette de chocolat pendant quatre jours. Surtout, veillez à vous arrêter lorsque vous êtes rassasié.

Vous n’êtes pas très attiré par le chocolat ? Remplacez-le par 60 g à 100 g de chips, de noix de cajou, d’amandes, ou encore de cacahuètes.

Éviter les carences

Vous pensez qu’à force de manger des aliments jugés interdits, même s’ils ne font pas grossir, vous allez développer des carences ?

Il est impossible d’adapter votre équilibre alimentaire sur un seul repas. Imaginez la quantité d’aliments si vous deviez ingérer toutes les vitamines et les nutriments en une seule et unique journée !

Vous verrez que vos sensations alimentaires incitent tout naturellement à la diversification. Si vous les suivez, vous aurez envie de varier votre alimentation progressivement. En conséquence, vous n’avez aucun risque de subir de déficits nutritionnels.

Les 10 règles d’or infaillibles pour maigrir sans régime

Vous n’avez pas besoin de suivre à la lettre les principes d’un régime frustrant pour retrouver une jolie silhouette, vous pouvez tout aussi bien perdre du poids en adoptant quelques habitudes saines au quotidien :

  1. Manger au bon moment.

Respecter son horloge biologique est essentiel pour votre bien-être général. Cela signifie simplement qu’il faudra choisir les bons horaires pour vos repas, en fonction de vos périodes d’activité dans la journée. On appelle aussi cela la chrononutrition. Soyez rassuré, le concept s’avère être extrêmement simple. Tout dépend de l’heure de votre réveil :

  • dans l’heure qui suit votre réveil : prenez un petit déjeuner plutôt gras ;
  • dans les 4 à 6 heures qui suivent : prenez un déjeuner plutôt dense avec des protéines ;
  • au moins 5 heures après le déjeuner : faites un goûter plutôt sucré, comme un fruit de votre choix ;
  • à la fin de votre journée d’activité, et seulement si vous avez faim : prenez un dîner plutôt léger.

Bien entendu, ce schéma peut être contourné pour toujours plus de souplesse. Par exemple, dans le cas d’une soirée très festive et d’un réveil tardif, vous pouvez faire un gros brunch entre 10 heures et 14 heures, puis, éventuellement, un dîner léger.

  1. Prendre le temps de manger.

Même si vous êtes une personne très active, ceci est un ordre : prenez le temps de manger ! En effet, un repas englouti trop vite n’est pas rassasiant. L’estomac ne transmet la sensation de satiété qu’au bout de 20 minutes.

Installez-vous donc confortablement, faites le calme autour de vous, et essayez de poser votre fourchette entre chaque bouchée même si vous avez très faim et que vous avez un impératif qui vous oblige à vous dépêcher.

Mastiquez lentement, savourez les aliments, mettez juste le temps du repas vos soucis de côté. Votre digestion sera facilitée et tout naturellement, vos rations diminueront.

  1. Grignoter de façon intelligente.

Combien de fois par jour ressentez-vous une grosse fringale entre deux repas ? Or, le grignotage intempestif est l’ennemi juré de votre poids et bien souvent, si vos menus sont complets, ces petites envies de sucre sont provoquées par un appel psychologique plutôt que par un véritable besoin d’aliment.

Si vraiment vous ne pouvez pas vous en passer tant la pensée de manger tourne à l’obsession, rusez en vous préparant un thé ou une infusion aromatisée qui vous feront probablement oublier la sensation de faim.

Néanmoins, ne faites pas l’impasse sur votre collation de l’après-midi. Optez alors pour un fruit ou une compote, qui rassasieront vos papilles côté sucre. Vous maîtriserez ainsi vos envies de grignotage.

  1. Privilégier les aliments les plus intéressants d’un point de vue nutritionnel et diététique.

Pour éviter de prendre du poids, il faudra d’abord apprendre à repérer les aliments les plus caloriques, et il ne s’agit pas toujours de ceux que l’on croit !

Articles complémentaire :   Les différents régimes hyperprotéinés

Par exemple, préférez le poulet au bœuf, une pizza à un plat de pâtes à la carbonara plein de lardons et donc de graisses saturées, du pain aux céréales plutôt qu’une baguette blanche, une choucroute de la mer préparée avec des poissons maigres plutôt qu’avec des viandes et des saucisses, etc…

Pour autant, n’oubliez pas qu’aucun aliment n’est votre ennemi, puisque tout est simplement question de quantité.

Même la charcuterie, à condition de ne pas en manger plus de deux fois par semaine et de l’accompagner de crudités plutôt que de frites, pourra trouver sa place dans votre assiette.

  1. Se faire plaisir.

L’alimentation doit rester avant tout un plaisir, un moment de détente et d’échange, entre amis ou en famille. Se stresser pour le moindre biscuit avalé ne sert à rien.

Dites-vous alors que c’est trop tard puisque le gâteau est déjà englouti. Culpabiliser ne fera que vous rendre aigri pour le reste de la journée.

Si vous faites de gros écarts, gardez en tête que vous vous rattraperez le lendemain en diminuant vos apports caloriques ou en optant pour une séance intensive de sport.

Ne voyez pas cela comme une punition, mais plutôt comme une bonne façon d’équilibrer votre hygiène de vie. Alors si vous avez envie de partager une raclette, profitez pleinement de cet instant convivial sans vous en vouloir.

  1. Opter pour les plats faits maison.

Cuisiner soi-même permet de contrôler véritablement ce que l’on mange et de doser selon ses besoins. Par ailleurs, cela permet de se réconcilier avec la nourriture et de ne plus la voir comme la source de kilos en plus.

Equipez-vous d’ustensiles comme un cuit-vapeur, des papillotes en silicone, un presse-purée, un blender, un robot pâtissier, etc… et osez acheter des aliments dont vous n’avez pas l’habitude tels que des herbes aromatiques, des topinambours, des patates douces, des fruits exotiques, des crustacés, etc…

En gardant la main légère sur les matières grasses, votre cuisine maison sera forcément meilleure pour votre ligne que les plats préparés, riches en sucres et en sel. Alors par exemple, plutôt que d’acheter un hamburger au fastfood, préparez-le de préférence chez vous.

Faites votre pain vous-même ou si cela vous prend trop de temps, prenez-le à la boulangerie en favorisant le pain aux céréales, au son ou complet pour apporter davantage de nutriments à votre organisme.

Hachez votre viande que vous avez été chercher chez le boucher, en ayant pris soin de choisir un morceau maigre comme du veau, de la dinde ou du bœuf à 5 % de matières grasses.

Vous resterez raisonnable sur la quantité de mayonnaise et pourrez ajouter des légumes en guise de garniture.

  1. Tout miser sur les plantes.

Mère-Nature a vraiment pensé à tout. Depuis la nuit des temps, nous utilisons certaines plantes pour leurs diverses vertus médicales. Mais saviez-vous qu’elles peuvent aussi agir contre les kilos en trop ? Certaines d’entre elles sont de véritables plantes-minceur :

  • L’écorce de la bigarade, aussi appelée orange amère, permettrait d’accélérer l’effet de satiété, et de stimuler la digestion ;
  • Le fucus, une algue brune réputée pour son action stimulante sur le métabolisme, incite le corps à puiser dans ses réserves graisseuses pour couvrir ses besoins ;
  • Les feuilles du ginkgo biloba sont utilisées pour leurs multiples propriétés, en particulier pour leurs capacités anti oxydantes et vasodilatatrices, ce qui en fait d’excellentes alliées contre la cellulite ;
  • Les graines de fenouil sont utilisées pour leur action bénéfique contre les problèmes de digestion, les maux d’estomac ou encore les ballonnements ;
  • L’ascophyllum est une algue qui permettrait de limiter l’assimilation lipidique au niveau intestinal. En cas d’excès, comme après un repas de fête, elle peut aider à limiter le stockage des graisses.

Vous pourrez trouver toutes ces plantes soit fraîches ou sous forme de poudre conditionnée en gélules, en respectant bien les doses indiquées.

  1. Dormir suffisamment.

Une étude scientifique américaine a mis en évidence la relation entre le manque de sommeil et le poids, ou plus précisément l’indice de masse corporelle. Il semblerait ainsi que moins l’on dort, plus notre IMC est élevé.

Cela s’expliquerait par une forte production de ghréline, l’hormone de l’appétit, dès que l’on manque de sommeil.

Une autre explication pourrait être que l’organisme doit puiser pendant la nuit l’énergie dont il a besoin pour maintenir sa température dans ses stocks de graisse.

Malgré tout, cela ne signifie pas que vous devez passer la journée au lit, bien au contraire, levez-vous pour aller faire du sport. Puis, vous dormirez au minimum 7 heures chaque nuit pour aider votre corps à s’alléger de kilos en trop.

  1. Rester zen.

Le stress, la colère, la peur, l’anxiété sont autant d’émotions susceptibles de vous pousser à manger. Après un chagrin d’amour, une grosse dispute, ou devant un film d’épouvante, il est tentant de se jeter sur le placard ou le réfrigérateur.

Ce comportement est normal, et pulsionnel, car il provient d’un désir de compensation naturel, après une vive émotion, que l’on va chercher à assouvir au moyen de la nourriture.

Il est indispensable d’en prendre conscience pour éviter de tomber dans un cercle vicieux. Relaxez-vous et apprenez à maîtriser vos émotions pour maigrir sans culpabiliser au moindre gramme de plus sur votre balance.

  • 10. Bouger.

Il est tout simplement impossible de perdre du poids sans faire un peu de sport. En effet, pour affiner la silhouette sans faire un régime draconien comme avec la méthode Zermati, l’activité physique représente une très bonne solution.

Vous êtes libre de choisir le sport qui cible le mieux la partie du corps à raffermir :

  • le vélo pour des jambes élancées ;
  • l’aquagym pour des fesses rebondies ;
  • le fitness pour des abdominaux dessinés ;
  • la natation pour des épaules carrées ;
  • le tennis pour des bras toniques ;
  • l’équitation pour des mollets et des cuisses musclées.

Et pour les allergiques au sport, vous trouverez aisément d’autres bons moyens pour transpirer un peu. La marche, le shopping, le ménage, les promenades en vélo, la danse, l’essentiel est de remuer son corps un maximum.

L’idéal étant de se réserver 30 minutes quotidiennes d’activité physique, ou au moins trois fois par semaine.

Les avantages du régime Zermati

Bien que vous avez l’autorisation de succomber aux aliments habituellement interdits dans les régimes restrictifs, vous perdez uniquement les kilos qui sont réellement superflus, à condition de conserver une alimentation variée où les bases de l’équilibre alimentaire sont respectées.

Vous ne risquez donc pas de perdre de la masse musculaire ni de vous trouver confronté au tant redouté effet yoyo. Le régime Zermati, qui est l’anti-régime par excellence, ne promet pas de perdre tant ou tant de kilo par semaine ou par mois. Cela varie selon les individus et leur morphologie.

Par conséquent, vous n’êtes pas exposé à une fonte graisseuse beaucoup trop rapide, et à terme, à un échec pondéral. Testée et approuvée, cette méthode minceur créée par le docteur Jean-Philippe Zermati connaît un vif succès.

Grâce à elle, manger sans grossir et maigrir sans régime est tout à fait possible et même recommandé. Il vous suffira simplement de reconnaître votre faim et d’écouter vos sensations de satiété.

Un régime protecteur des maladies de notre siècle

Les études scientifiques ne cessent de démontrer que le déséquilibre alimentaire participe grandement à la survenue de nombreuses pathologies comme les cancers, l’ostéoporose, les maladies cardiovasculaires, mais aussi l’obésité et bien d’autres troubles neurologiques.

Suivre un régime strict vous expose à des carences et, indéniablement, à des pathologies qui sont apparues dans notre société prônant le culte de la minceur.

Le docteur Zermati vous ouvre les yeux pour que vous preniez enfin conscience du danger de toutes ces diètes qui ne peuvent certainement pas vous aider à retrouver la ligne sur le long terme.

Un régime respectueux des besoins naturels du corps

La méthode Zermati a le mérite de respecter l’individu, de le libérer des contraintes d’une minceur qui l’affaiblit psychologiquement et physiquement. Grâce au programme du docteur Zermati, vous savez que vous êtes autorisé à manger de tout en écoutant vos sensations.

Les premières semaines, il faut noter tout ce que vous mangez dans un carnet. Au fil des jours, l’équilibre alimentaire se construit puisque vous êtes à l’écoute de votre corps. La faim régule vos apports et vous comblez parfaitement vos besoins individuels.

Vous redevenez autonome, vous régulez vous-même votre poids et remettez en fonction vos sensations de faim et de satiété, ainsi que ce fameux compteur à calories interne.

Le cerveau réussit désormais à les faire arrêter au moment opportun et à garder une balance énergétique stable, donc à ne plus prendre de poids.

Retrouver le plaisir de la table

Pour perdre du poids, vous vous étiez lancé dans des régimes restrictifs qui n’ont fait que vous mener à la frustration.

Vous vous interdisiez les aliments gras et sucrés, vous limitiez les quantités, respectiez un nombre de calories bien précis, calculiez les verres d’eau dans le but de débarrasser au maximum votre organisme des toxines, tout cela dans l’espoir de vous affiner.

Un vrai casse-tête que le docteur Zermati incrimine pour privilégier, à l’inverse, l’absence de contrainte. Pour éviter de voir les kilos revenir encore plus nombreux, le régime Zermati vous prouve que la privation était bel et bien votre pire ennemie dans votre quête de l’amaigrissement.

Si vous avez des envies de sucreries, il est possible d’en manger, mais à la place d’un repas. Il faut prendre son temps et jouer la carte de la modération. Quel plaisir de voir les kilos s’envoler tout en se laissant tenter par la gourmandise !

Tout est permis, du moment que vous respectez les besoins réels du corps. Vous vous sentez mieux dans votre peau, vous retrouvez la joie de vivre, vous avez plus confiance en vous et votre poids ne devient plus une obsession.

Et puis, le temps passé à table redevient un moment agréable en compagnie de vos proches.

Faire du repas un moment d’apaisement

Avec le rythme effréné que nous inflige notre quotidien, nous ne prenons plus le temps de manger correctement et les repas ont fini par être relégués au second plan. Avec le régime Zermati, vous allez retrouver l’envie de rester à table.

Vous prendrez l’habitude de ne plus chercher à tout prix à gagner du temps en consultant vos mails pendant que vous mangez, ou encore de profiter de ce temps libre pour téléphoner tandis que vos proches sont à table.

Manger devant la télévision vous empêche aussi de profiter pleinement de l’instant présent. Le docteur Jean-Philippe Zermati vous apprend à apprécier votre repas sans rien faire d’autre, si ce n’est discuter avec les personnes qui vous entourent tout en savourant votre menu.

Cela vous permettra de mieux écouter et d’entendre votre faim et de ressentir la satiété. En conséquence, vous mangez automatiquement moins. Le programme amaigrissant du célèbre nutritionniste et thérapeute comportementaliste vous conduit alors à une perte de poids, certes lente, mais assurée.

Un régime ouvert à tous

Le régime Zermati est une méthode amaigrissante peu coûteuse et qui s’adresse à toutes les personnes qui souhaitent perdre du poids de manière naturelle, sans mettre le plaisir de côté.

Parce qu’il est sans restriction, le régime conçu par le docteur Jean-Philippe Zermati n’est pas abandonné au bout de quelques semaines et ne nourrit pas l’effet yoyo.

Les plus stressés à cette idée peuvent donc se lancer dans le programme minceur les yeux fermés.

Celles et ceux qui veulent rééduquer leur alimentation ou simplement stabiliser leur poids seront également séduits par la méthode amaigrissante qui se suit facilement au quotidien pour devenir une véritable hygiène de vie.

Les inconvénients du régime Zermati

Un régime quelque peu anarchique

La méthode amaigrissante imaginée par le docteur Zermati repose sur l’implication des contraintes sociales, certes, imposées, mais comme l’est tout autant le besoin d’argent qui oblige à trouver un travail, à se lever tous les matins de bonne heure, à prendre un train, un bus ou sa voiture, et qui pousse à se mettre à table plus ou moins à heures fixes.

Ainsi, ne rien manger par exemple à midi parce que l’on n’a pas faim, risque justement de faire apparaître une fringale au moment le plus importun comme en réunion, sur son lieu de travail, chez des amis, en promenade, etc…

De même, l’étape qui réintroduit l’aliment qui était auparavant tabou peut créer des confusions chez de nombreux individus.

En effet, si grâce aux étapes précédentes, ils ne vont manger uniquement qu’à leur faim et pas au-delà, donc sans risque de grossir, certains vont très vite être tentés de se contenter d’une seule catégorie d’aliments pour privilégier le chocolat, les pâtisseries, les confiseries, les chips, etc… pour se nourrir, non plus par exercice, mais par nouvelle conception alimentaire.

Certes, aucun aliment n’est interdit et vous pouvez manger ceux que vous aimez sans grossir, mais il faut toujours garder à l’esprit que la qualité de l’alimentation est essentielle pour garder un bon équilibre alimentaire.

Un régime qui exige beaucoup de concentration

Le régime Zermati travaille sur la compréhension du corps et de ses besoins. La perte de poids est très progressive et les résultats ne sont pas visibles rapidement. Il s’agit d’une méthode qui demande beaucoup de patience mais aussi une bonne dose de concentration.

Il est fondamental de constamment rester à l’écoute des besoins de votre organisme, même si cela peut paraître fastidieux, tout du moins au début lorsque vous ne savez pas encore très bien comment comprendre les signaux émis par votre corps.

D’autre part, le régime Zermati n’est pas très pratique à mettre en place si vous avez une vie professionnelle riche. Dans ces conditions, il est tentant de ne pas suivre régulièrement les recommandations du docteur Jean-Philippe Zermati.

Un régime qui n’insiste pas suffisamment sur l’importance d’une alimentation variée

Bien qu’il ne soit pas question de médicaliser l’alimentation, le régime Zermati n’insiste pas assez sur le fait que si nous mangeons par plaisir, nous ne devons pas non plus perdre de vue que nous nous alimentons aussi pour rester en vie et en bonne santé.

Et pour cela, il faut savoir ou apprendre à se réguler en mangeant varié, et ainsi équilibrer notre alimentation.

Tout comme il n’est pas possible de maigrir convenablement en ne mangeant que des fruits ou des légumes, vous ne pouvez pas maigrir en ne consommant que des sucreries, même à calories raisonnables, et même si vous prenez soin de bien écouter vos sensations.

Si vous privilégiez le chocolat ou les tartines de pain avec du beurre au détriment des végétaux, vous risquez très probablement de tomber dans un déséquilibre alimentaire préjudiciable à votre santé.

En effet, toute alimentation exclusive qui ne tient pas compte de la diversité des aliments et de tous les groupes alimentaires est nécessairement néfaste pour le bon fonctionnement de l’organisme et de votre forme.

La nutrition et l’éducation alimentaire ne doivent pas se limiter au contrôle du poids, mais aussi à assurer au corps ce dont il a besoin pour vivre. Ainsi, le régime Zermati ne vous expose à aucun danger à condition de bien interpréter les recommandations du nutritionniste.

Trop de laisser aller

Comme la méthode Zermati est un régime sans restriction, il est facile de se laisser aller et de manger comme bon vous semble sans écouter vos sensations de faim et de satiété.

Il est impératif de savoir se réguler et se montrer extrêmement rigoureux pour se concentrer sur les besoins du corps afin de ne pas prendre de poids.

La prise de conscience pouvant tarder à venir, vous n’êtes pas à l’abri d’une prise de poids minime, de carences et donc de fatigue excessive.

Pour que le régime Zermati soit une réussite, il faut tout mettre en œuvre pour avoir une meilleure compréhension de son organisme, de ses besoins et des signes qu’il nous envoie pour satisfaire ses besoins naturels.

L’absence de programme sportif

La méthode du docteur Zermati ne comprend pas de programme sportif. Il vous appartient de décider comment l’aborder. Il est donc indéniable qu’une grande motivation sera nécessaire pour concevoir vos exercices physiques.

Sachez que vous n’avez aucunement l’obligation de prévoir de longues séances de sport au quotidien pour tonifier votre corps. Vous pouvez faire 20 minutes de fitness ou tout autre sport qui vous plaît, au moins deux fois par semaine pour commencer à voir rapidement des résultats sur votre silhouette.

Des petites séances de 5 à 10 minutes journalières sont également un bon rythme que même les personnes les plus pressées peuvent intégrer dans leur quotidien.

Un régime complexe à suivre sans l’aide d’un professionnel du monde médical

La méthode Zermati est préconisée par l’association G.R.O.S., le Groupe de Réflexion sur l’Obésité et le Surpoids, dont le docteur Jean-Philippe Zermati est Président d’honneur.

Mieux vaut donc s’adresser à un médecin ou à un diététicien appliquant ce programme minceur pour vous assurer une perte de poids optimale.

Dans ce contexte, si vous n’avez que quelques petits kilos à perdre, entre 1 kilo et 5 kilos, la méthode amincissante conçue par le docteur Zermati saura répondre à vos attentes.

Vous organisez vos repas comme bon vous semble sans vous soucier des calories. Vous ne ressentez aucune frustration ni de sensation de faim.

Toutefois, il est important de veiller à être extrêmement rigoureux, sous peine d’une prise de poids et de carences plus ou moins importantes.