Présentation du régime Okinawa : Avis, prix, effet …

régime OkinawaLa petite île du sud du Japon, Okinawa, dévoile une concentration unique de centenaires mais aussi un taux incroyablement bas de maladies graves et fréquentes qui affectent l’humanité.

Le secret de longévité des habitants d’Okinawa résiderait dans leur mode d’alimentation, réputé sain et qui permet de maigrir sans souffrir.

Le régime Okinawa est la méthode amaigrissante incontournable du moment. En effet, cette diète hypocalorique et semi-végétarienne doit permettre de chasser les toxines et équilibrer vos apports caloriques pour retrouver définitivement la silhouette de vos rêves et vivre aussi longtemps en forme qu’à Okinawa.

Les origines du régime Okinawa

Le record mondial de longévité

Avec ses plages immaculées, l’archipel d’Okinawa situé dans la mer de Chine, entre Taïwan et le Japon, fait figure de paradis sur terre. Et c’est en soi une sorte de jardin d’Eden puisqu’on y vit beaucoup plus longtemps qu’ailleurs et que l’on garde une silhouette filiforme à vie.

Cette petite île au large du Japon a tout naturellement attiré l’attention des journalistes, des professionnels de la santé et des chercheurs puisque les femmes vivent jusqu’à 87 ans et les hommes jusqu’à 83,5 ans. Lorsque l’on sait que les Françaises peuvent espérer vivre jusqu’à 84,5 ans et les Français jusqu’à 77,6 ans, il y a de quoi avoir envie de percer les mystères de l’île d’Okinawa ! Il s’agit effectivement de la plus longue espérance de vie de la planète.

C’est également sur l’île d’Okinawa que l’on recense le plus grand nombre de centenaires à l’échelle mondiale, mais aussi de super centenaires âgés de plus de 110 ans. Sur la plage d’une petite île d’Okinawa, on peut d’ailleurs lire sur un rocher cette inscription gravée : A 70 ans, vous n’êtes qu’un enfant, à 80 ans, vous êtes à peine un adolescent, et à 90 ans, si les ancêtres vous invitent au paradis, demandez-leur d’attendre jusqu’à 100 ans, âge auquel vous reconsidérerez la question.

Les centenaires font donc vraiment parti du quotidien des habitants d’Okinawa. Non seulement les Okinawaïens sont les plus nombreux à largement dépasser le cap des 100 ans, mais ils vieillissent en parfaite santé, en pleine possession de leurs moyens aussi bien physiques que psychiques.

Des recherches approfondies dès les années 1970

Le Japonais Makoto Suzuki, cardiologue et gérontologue, est l’un des premiers à s’être intéressé au secret des centenaires d’Okinawa pour découvrir la façon dont ils s’y prennent pour obtenir des résultats aussi impressionnants. Dans les années 1970, il y séjourne dans un premier temps dans le but de créer un dispensaire. C’est alors qu’il fut immédiatement intrigué par la présence de plusieurs centenaires, sans qu’il n’y ait de service de santé adéquat.

Le docteur Suzuki convainc le ministère de la Santé du Japon de financer une étude sur ces personnes âgées qui vivent dans une forme olympique. L’enquête The Okinawa Centenarian Study débute en 1976 et se penche plus particulièrement sur les personnes âgées de 70 ans, 80 ans, 90 ans, 100 ans et plus. Avec son équipe, le docteur Suzuki recueille de nombreux renseignements sur les habitants de l’archipel.

Ces analyses révèlent que le secret de longévité des centenaires est attribuable en partie à l’hérédité et donc au patrimoine génétique, mais aussi et surtout à leur mode de vie intégrant une alimentation faible en graisses et en calories. Le constat s’est essentiellement porté sur les femmes car pas moins de 86 % des centenaires de l’archipel d’Okinawa font partie de la gente féminine.

L’importance d’une alimentation saine et légère

Pour démontrer que les raisons d’une telle longévité n’étaient pas purement d’ordre génétique, une étude a mis en relation les chiffres apportés par le docteur Makoto Suzuki avec ceux de 120 000 Japonais natifs d’Okinawa, immigrés au Brésil. Les résultats sont frappants car ces émigrés affichent 17 ans d’espérance de vie en moins et 12 fois moins de centenaires. Des chiffres moins impressionnants, mais aussi alarmants, sont constatés chez les jeunes générations à Okinawa, influencées par la présence militaire américaine, le tourisme et la malbouffe.

Un mode de vie qui continue d’intriguer le reste de la planète

La réussite chez les anciens d’Okinawa repose sur un modèle ne pouvant bien entendu pas être importé tel quel dans nos vies quotidiennes modernes, mais il est possible de s’en inspirer plus ou moins largement grâce aux jumeaux Bradley et Craig Willcox, membres de l’équipe de recherche du docteur Makoto Suzuki, qui ont fait connaître au reste du monde le secret de longévité des Okinawaïens.

Ils ont publié divers livres sur le sujet. Le premier ouvrage intitulé The Okinawa Way date de mai 2001 et le plus récent, en avril 2005, The Okinawa Diet Plan. Ce dernier livre propose une version occidentale de la diète d’Okinawa pour les personnes qui veulent perdre efficacement du poids sans mettre leur santé en danger.

Manger mieux pour vivre plus vieux avec le régime Okinawa

Manger mieux pour vivre plus vieux avec le régime OkinawaSi l’espérance de vie à Okinawa est la plus longue de tout le Japon, et même de toute la planète, c’est probablement dû en grande partie à la nature de la cuisine locale. Le régime Okinawa se compose de principes diététiques sains et équilibrés, aussi bons pour la ligne que pour la santé.

Il s’agit davantage d’un mode de vie qu’un régime amaigrissant restrictif. Il incite en effet à la perte de poids pour vieillir en bonne santé. Un véritable programme global pour mieux vivre est proposé à partir des principes de vie des anciens de l’archipel d’Okinawa.

Par conséquent, il n’est pas question de jeûner ni même de minuter vos repas. Il s’agit simplement d’un régime semi-végétarien qui se veut faible en matières grasses, avec moins de 25 % des calories totales, et met en avant les végétaux sans pour autant prohiber les protéines animales. La diète inspirée du style de vie des habitants d’Okinawa se repose sur une alimentation variée et savoureuse, peu calorique et très riche en nutriments protecteurs que sont les antioxydants, les vitamines, les sels minéraux et les acides gras omégas 3.

Le régime Okinawa vise en outre à induire une restriction calorique sans devoir s’imposer un comptage permanent et fastidieux de la moindre calorie ingérée, afin d’atteindre votre poids de forme et de bien vieillir tout en prévenant les maladies chroniques. L’apport énergétique est ainsi réduit d’environ 300 kcals par jour, parce que vous apprenez à manger uniquement en fonction de vos sensations de faim et de satiété.

Des habitants en pleine forme

Sur l’île japonaise d’Okinawa, les habitants ont trois fois plus de chance d’être centenaire et en pleine forme qu’en France. Il convient donc d’importer leur style de vie dans nos assiettes en privilégiant une nourriture naturelle, saine et légère. Pour y parvenir, il faut manger en suivant le principe de la densité énergétique des aliments.

La densité énergétique correspond à la valeur calorique par 100 g d’aliments, divisée par 100. Les habitants d’Okinawa consomment majoritairement des aliments à densité calorique basse, à hauteur de 75 à 150 calories pour 100 g, ou très basse, soit moins de 75 calories pour 100 g. Très occasionnellement, ils s’autorisent la consommation d’aliments plus riches.

Ainsi, le régime Okinawa recommande de consommer :

  • à volonté : les aliments dont la densité énergétique est inférieure à 0,7 ;
  • avec modération : les aliments dont la densité énergétique est de 0,8 à 1,5 ;
  • à l’occasion et en petites quantités : les aliments dont la densité énergétique est de 1,6 à 3 ;
  • de façon très ponctuelle : les aliments dont la densité énergétique est supérieure à 3.

La liste des aliments à consommer à volonté pendant le régime Okinawa

La liste des aliments à consommer à volonté pendant le régime OkinawaPour perdre rapidement du poids tout en préservant votre santé, vous pouvez vous faire plaisir en ingérant autant que vous le désirez les aliments à très basse densité énergétique :

  • de l’eau et du thé dont la densité calorique est de 0 ;
  • des légumes frais, particulièrement du concombre, de la laitue, des tomates, des radis, des endives, des aubergines et des courgettes dont la densité calorique est de 0,1 ;
  • du potiron, de la goya qui est une variété de courge amère, du brocoli, des asperges, du citron dont la densité calorique est de 0,2 ;
  • des champignons, des haricots verts, de la pastèque, de la goyave, des oignons, des fraises, de la soupe aux légumes préparée maison, du lait de soja nature dont la densité calorique est de 0,3 ;
  • des betteraves, des abricots, des oranges, du melon, des pêches dont la densité calorique est de 0,4 ;
  • des algues fraîches dont la densité calorique est de 0,5 ;
  • de l’ananas, des pommes, des prunes, des poires, mais aussi du yaourt nature sans matière grasse et du tofu dont la densité calorique est de 0,6.

La liste des aliments à privilégier pendant le régime Okinawa

La liste des aliments à privilégier pendant le régime OkinawaIl est fondamental de varier la composition de votre assiette. Ainsi, vous pouvez très bien manger au quotidien :

  • de la banane dont la densité calorique est de 0,9 ;
  • de l’avocat, des pommes de terre, du poisson blanc, des coquillages, de la volaille, des œufs, de la patate douce dont la densité calorique est de 1 ;
  • du riz brun, des pâtes complètes, de la semoule, du maïs doux, des sushis, de la poitrine de dinde, des œufs dont la densité calorique est de 1,4 ;
  • des légumineuses dont la densité calorique est de 1,5.

La liste des aliments à consommer en faible quantité pendant le régime Okinawa

La liste des aliments à consommer en faible quantité pendant le régime OkinawaLes aliments à haute densité énergétique ne doivent pas être exclus de votre alimentation. Vous êtes donc libre de vous délecter sans culpabiliser :

  • de houmous et de crème glacée de soja dont la densité calorique est de 1,7 ;
  • de poissons gras dont la densité calorique est de 1,8 ;
  • de viandes maigres dont la densité calorique est de 2,2 ;
  • de pain complet et de bagel de blé entier dont la densité calorique est de 2,3 ;
  • de fruits secs tels que l’abricot, le raisin, la figue, la datte, et de fromage de soja dont la densité calorique est de 2,6 ;
  • d’agneau, de pizza, de glace, de confiture dont la densité calorique est de 2,8 ;
  • de raisin dont la densité calorique est de 3.

La liste des aliments à consommer rarement avec le régime Okinawa

La liste des aliments à consommer rarement avec le régime OkinawaLes aliments à très haute densité énergétique peuvent parfaitement faire partie intégrante de votre régime minceur. Vous pouvez ainsi vous autoriser de temps en temps :

  • des noisettes dont la densité calorique est de 3,8 ;
  • du cheddar et des biscuits à l’avoine dont la densité calorique est de 4 ;
  • des biscuits à la farine Graham dont la densité calorique est de 4,2 ;
  • des beignets dont la densité calorique est de 4,3 ;
  • du bacon dont la densité calorique est de 5 ;
  • des noix dont la densité calorique est de 5,2 ;
  • des chips et du chocolat noir dont la densité calorique est de 5,4 ;
  • des pistaches, des pignons de pin et des cacahuètes dont la densité calorique est de 5,7 ;
  • des amandes dont la densité calorique est de 6 ;
  • de la mayonnaise et du beurre dont la densité calorique est de 7,2 ;
  • de l’huile dont la densité calorique est de 8,8.

Lors d’un repas de fête ou même d’un repas de famille le dimanche, ne refusez pas un plat de viande grasse ni le plateau de fromages. Le chocolat, plutôt noir, le beurre, l’huile, les biscuits salés ou sucrés peuvent également intégrer vos repas mais de manière exceptionnelle. Vraiment très rarement, vous pouvez craquer pour un repas très riche composé d’un hamburger, de frites, ou encore d’une raclette, de cheesecake, de bonbons, etc…

Les points essentiels du régime Okinawa

Quelles graisses privilégier dans un régime médium fatLa faiblesse de notre alimentation occidentale réside dans son inadéquation avec nos besoins énergétiques et nos habitudes de vie. En ce sens, le régime Okinawa vient corriger ces erreurs. Il repose sur plusieurs points essentiels qui peuvent expliquer cette santé exceptionnelle :

  • le hara hachi bu est une véritable habitude culturelle à Okinawa qui consiste à arrêter de manger avant d’être totalement repu. L’idée est de favoriser une bonne digestion et de ne pas se sentir lourd en se levant de table, l’estomac ne doit alors être rassasié qu’à 80 %. Il est donc fortement déconseillé de se resservir ! ;
  • le kuten gwa qui encourage à ne manger que de petites portions justes suffisantes pour votre organisme. Vous apprenez ainsi à gérer la quantité de nourriture avalée ;
  • le nuchi gusui que l’on peut traduire par médicament de la vie, qui va bien au-delà du simple fait de manger puisqu’à chaque bouchée, vous devez penser que les aliments possèdent des pouvoirs de guérison. L’expression ishokudogen signifie d’ailleurs que tout aliment est une forme de médecine ;
  • l’importance de favoriser une grande variété d’aliments ;
  • l’importance de privilégier les couleurs dans l’assiette ;
  • la consommation d’aliments peu caloriques et frais, riches en vitamines et en minéraux. Les Okinawaïens se régalent quotidiennement de nourritures saines telles que le poisson, les algues et les céréales ;
  • plus de poisson que de viande, au moins trois fois par semaine. Il est choisi de préférence maigre et consommé cru, le fameux sashimi avec des tranches fines de poisson, poché, à la vapeur, en papillote ou grillé. Thon, saumon, maquereau, hareng, limande, daurade, anguille, etc… sont peu caloriques, riches en minéraux et vitamines. Pour les plus gras d’entre eux, les poissons fournissent aussi les précieux omégas 3 que l’organisme ne fabrique pas, bons pour le moral et la santé. Outre les vertus du poisson qui ne sont plus à démontrer, le régime Okinawa aurait pour intérêt de limiter les risques d’apports trop importants en fer, qui va augmenter les risques d’oxydation des cellules de l’organisme ;
  • les aliments qui doivent être cuits et consommés séparément ;
  • le panachage des aliments crus et cuits pour profiter d’un maximum de micronutriments de vitamines et minéraux sans bousculer les intestins ;
  • peu de sucre, de sel et de matière grasse. La tradition du dessert n’existe pas à Okinawa, et les produits préparés industriellement, gâteaux, bonbons, etc… sont encore rares sur l’île. Les insulaires consomment donc près de 3 fois moins de sucres que les Occidentaux. L’apport en sucre est fourni par les fruits. L’usage des épices, des herbes et des algues permet d’assaisonner les plats, et donc de se passer de sel ;
  • la limitation des produits d’origine animale comme la viande, surtout la viande rouge, et les laitages dont le fromage qui augmentent la tension et les risques cardiovasculaires. Le lait et ses dérivés, souvent responsables de troubles digestifs, sont de préférence remplacés par le yaourt, riche en bons acides lactiques ;
  • l’éviction du four à micro-ondes et du barbecue. Les aliments doivent être peu cuits, soit à feu doux, soit à la vapeur ;
  • boire 1,5 litre d’eau fraîche par jour, voire plus, et 2 thés dans la journée au minimum à la place du café qui augmente les pertes urinaires en magnésium et en calcium. La culture joue un rôle prépondérant car l’eau a un caractère quasi sacré. Pour fêter la nouvelle année, on ne sabre pas le champagne mais on suit la tradition de Wakaubi qui consiste à préparer des milliers de litres de thé au jasmin avec l’eau tirée d’une source sacrée. Le respect que l’on a pour le thé dans tous les pays asiatiques contribue également à cette sanctification de l’eau que l’on ne trouve plus guère dans les pays développés ;
  • du mouvement ! Les habitants d’Okinawa marchent beaucoup, travaillent vieux. Ils font du Tai Chi Chuan, jouent au croquet. C’est aussi sur cette île qu’a été inventé le karaté ;
  • la sérénité et la paix intérieure. Les insulaires vivants sur Okinawa prennent le temps de se détendre. Ils marchent au moins une fois par jour sur la plage, simplement pour faire honneur à la vie qui leur a été accordée. Le docteur Jean-Paul Curtay a passé trois semaines sur l’île d’Okinawa pour se rendre compte de l’intérêt du mode de vie d’Okinawa. Il en a publié un livre en 2006, intitulé Okinawa: Un programme global pour mieux vivre, afin de faire prendre conscience à quel point il est fondamental d’apprendre à s’arrêter. Le médecin a adapté les principes des insulaires au mode de vie occidental pour qu’ils soient accessibles à tous puisque dans nos sociétés, nous sommes sur-stimulés par ce qui nous entoure, aussi bien par le bruit, le stress que nos tâches du quotidien ;
  • la vie communautaire. Tous les habitants d’Okinawa sont toujours très entourés. Non seulement ils s’impliquent dans la vie du village, mais ils appartiennent à des sortes de clubs de quartier qui se réunissent chaque semaine et où tous montrent leur solidarité.

Une assiette remplie de végétaux

L’alimentation au Japon est traditionnellement plus équilibrée qu’en Occident. Mais la nourriture d’Okinawa est réputée pour être encore meilleure pour la santé. En effet, les aliments ingurgités contiennent des principes protecteurs. Les Okinawaïens mangent en moyenne 18 fois moins de viande et 3 fois moins de produits laitiers que les occidentaux. Du fait d’une faible consommation de viande, les habitants d’Okinawa absorbent mieux les calories.

Aux protéines animales, ils privilégient les protéines végétales, doublement gagnantes. Elles sont vierges de mauvaises graisses et renferment différentes substances spécifiques au règne végétal et bénéfiques à notre santé comme les tanins, les polyphénols, les phytostérols. Ils ont ainsi pour habitude de consommer 78 % de végétaux.

Articles complémentaires :   Avis sur Green Coffee 5K (greencoffee5k.fr)

Fruits, légumes, graines et céréales complètes composent la plus grande partie de leurs menus quotidiens. Les 22 % restants sont réservés en priorité au poisson, certes moins riche que la viande en fer, mais surtout en graisses saturées et en cholestérol, et fort en oméga 3 et en magnésium.

Les habitants de l’archipel d’Okinawa commencent leur repas par une salade, un bouillon de légumes ou une crudité, et glissent des légumes dans tous leurs plats, que ce soit du chou chinois, des pousses de bambou, des champignons, de l’hechima proche de nos courgettes, des petits concombres, des carottes, des navets. Pour préserver leurs nutriments, ils les cuisent quelques minutes seulement dans un bouillon chaud, et les consomment presque croquants.

Les Okinawaïens mettent également du soja à tous les repas, deux fois plus que les Japonais du continent, qu’ils associent avec cinq légumes différents par jour, du riz, des aromates et des épices, du thé.

Tous ces aliments s’avèrent être extrêmement riches en bienfaits. Les céréales comme le blé complet, le riz brun, le sarrasin, le quinoa, sont parfaitement adaptées aux besoins du corps. Riches en sucres lents véritables source d’énergie, vitamines, fibres et protéines, elles sont très intéressantes nutritionnellement, rassasient tout en n’apportant aucune graisse et beaucoup de nutriments, à l’inverse de leur version raffinée telles que les pâtes blanches, le riz blanc, le pain blanc.

Les légumes secs type haricots, pois chiches ou lentilles, sont bons pour le cœur et le cholestérol, tandis que le soja protège des maladies cardiaques et participe à la prévention de certains cancers, comme celui du sein ou de l’utérus, grâce à sa richesse en phyto-oestrogènes aux effets antioxydants, anti-cancer et anti-ostéoporose.

Le soja est consommé sous la forme de tofu, c’est-à-dire macéré dans l’eau, de miso en soupe qui est une pâte de soja fermentée riche en probiotiques bons pour le transit, de tempeh préparé avec du soja fermenté, de lait, ou encore de shôyu, une sauce de soja et de blé fermentés. Il remplace avantageusement la viande et les produits laitiers, néfastes lorsqu’ils sont consommés en excès.

Le cardiologue et gérontologue Makoto Suzuki a également fait le constat que les feuilles d’Alpinia zerumbet, appelée gettō, sont consommées en très grande quantité. Les habitants leur attribuent des propriétés médicinales du fait de la présence de resvératrol, un antioxydant, qui aurait un effet réel sur la longévité.

Enfin, le shiitaké est également très prisé, ce petit champignon serait en effet idéal pour booster le système immunitaire. En revanche, les fruits ne sont pas consommés fréquemment car ils représentent un produit de luxe.

Repérer les aliments de basse densité énergétique

Tout l’enjeu est d’apprendre à repérer les aliments de faible densité calorique afin de consommer moins de calories. Par exemple, vous préférerez déguster de la volaille plutôt que de la charcuterie, un thé plutôt qu’une boisson chocolatée, ou encore des pommes de terre vapeur sans ajout de matières grasses à des frites, tout cela en équilibrant votre assiette pour éviter les carences nutritionnelles. Les œufs sont enfin une source de protéines dont on ne se prive pas à Okinawa. Préférez néanmoins les œufs bio ou enrichis en oméga 3, de meilleure qualité.

La pyramide du régime Okinawa adapté pour l’Occident

La pyramide du régime Okinawa adapté pour l’OccidentTous les jours, vous devez consommer :

  • 7 à 13 portions de légumes, avec une mention spéciale pour le concombre et l’aubergine ;
  • 7 à 13 portions de céréales complètes, de légumes secs ou de féculents ;
  • 2 à 4 fruits, à croquer, en salade ou en compote ;
  • 2 à 4 plats à base de soja ou de chou ;
  • 2 à 4 portions d’aliments riches en calcium comme le brocoli, le poisson maigre, les coquillages et les crustacés, etc… que vous pouvez parsemer de thym ou de graines de sésame particulièrement riches en calcium ;
  • 1 à 3 portions d’aliments riches en oméga 3 tels que le poisson, les fruits de mer, les noix et les graines ;
  • des herbes fraîches comme le shiso de la famille du basilic, la coriandre, le fenouil, ainsi que des épices telles que le curcuma, le gingembre, le wasabi, mais aussi des algues pour assaisonner les plats. La cuisine d’Okinawa est donc tout sauf fade du fait de l’omniprésence des aromates. Outre leur saveur, les herbes aromatiques apportent des vitamines et des minéraux. Les épices auraient, quant à elles, des vertus anti-oxydantes et antibactériennes en plus d’être de puissants exhausteurs de goût. Elles évitent ainsi d’ajouter trop de sel dans les aliments. Véritables anti-cholestérols naturels, les épices empêchent l’oxydation du mauvais cholestérol. S’agissant des algues, elles regorgent de minéraux, de fibres, de vitamines, d’antioxydants et de potassium, connus pour faire baisser la tension. Elles contiennent jusqu’à huit mille fois plus d’iode que les crustacés et dix fois plus de calcium que le lait ;
  • 1 à 2 cuillères à soupe maximum d’huile végétale et de sauce soja ;
  • 2 tasses de thé ;
  • 8 verres d’eau.

Au cours d’une semaine, vous pouvez consommer, si vous le désirez :

  • 0 à 7 portions de viandes, volailles sans la peau, cheval, lapin, viande maigre de bœuf ou de veau, œufs ;
  • jusqu’à 3 portions de poisson gras, pour son apport en acides gras insaturés oméga 3 et en vitamine B12. Mais attention toutefois à sa densité calorique élevée ;
  • 0 à 3 portions de yaourt nature ou de fromage très frais ;
  • 0 à 3 portions d’aliments avec sucres ajoutés ;
  • de l’alcool avec une grande modération.

Menu type d’une journée de régime Okinawa traditionnel

Menu type d’une journée de régime Okinawa traditionnelA Okinawa, la variété des plats est un principe fondamental de l’alimentation. L’ennui ne doit jamais venir s’installer dans l’assiette. Il n’est pas nécessaire de définir un certain nombre de recettes obligatoires, c’est plutôt dans l’harmonie et le choix des ingrédients et de leurs modes de cuisson que vous pourrez apprécier le régime Okinawa.

Si vous souhaitez suivre le régime minceur dans sa version traditionnelle en vous inspirant pleinement du mode alimentaire des habitants de l’île d’Okinawa, vous pouvez composer vos repas de la sorte :

Au petit déjeuner :

  • une soupe miso ;
  • des algues ;
  • du tofu ;
  • du riz ;
  • du thé vert sans sucre.

Au déjeuner :

  • une salade d’algues ;
  • une aubergine grillée ;
  • du riz ;
  • une brochette d’anguille ;
  • une salade de concombres coupés en rondelles, agrémenté de lait de soja et de persil frais ;
  • une papaye ;
  • du thé vert sans sucre.

Au dîner :

  • du riz aux haricots rouges et à la goya assaisonné d’une cuillère à soupe d’huile d’olive extra vierge ;
  • de l’ananas.

Exemple de repas sur une semaine de régime Okinawa dans sa version occidentale

Exemple de repas sur une semaine de régime Okinawa dans sa version occidentaleDans le cas où vous préférez vous adapter aux ingrédients que l’on trouve facilement sur les étals des marchés et dans les rayons des supermarchés occidentaux, vous pouvez très bien maigrir aussi sainement que les Okinawaïens en préparant vos assiettes de cette façon :

Lundi

Au petit déjeuner :

  • 2 tranches de pain aux céréales ;
  • un yaourt au soja ;
  • une poire ;
  • un grand bol de thé vert sans sucre.

Au déjeuner :

  • de la salade de riz complet avec du maïs, des tomates et du tofu agrémentée d’une gousse d’ail et d’une cuillère à soupe d’huile d’olive extra vierge ;
  • une tranche de pain complet ;
  • une compote pomme-rhubarbe ;
  • une tasse de thé vert sans sucre.

Au dîner :

  • une salade de pousses d’épinards crues assaisonnée à la sauce soja ;
  • une portion de nouilles sautées au poulet ;
  • une moitié de mangue ;
  • une tasse de thé vert sans sucre.

Mardi

Au petit déjeuner :

  • 2 tranches de pain de seigle ;
  • du fromage cottage ;
  • une pomme ;
  • un grand bol de thé vert sans sucre.

Au déjeuner :

  • du quinoa ;
  • des spaghettis au basilic et aux fèves de soja assaisonnées d’une gousse d’ail et de citron fraîchement pressé ;
  • une salade de champignons assaisonnée d’une cuillère à soupe d’huile de noix ;
  • une tasse de thé vert sans sucre.

Au dîner :

  • du cabillaud à la tomate et à l’ail cuit en papillote ;
  • du tofu épicé ;
  • des carottes râpées assaisonnées d’une vinaigrette préparée avec une petite cuillère à café de moutarde, une cuillère à soupe d’huile de colza et du jus de pamplemousse fraîchement pressé ;
  • une salade de fruits frais de saison ;
  • une tasse de thé vert sans sucre.

Mercredi

Au petit déjeuner :

  • 2 tranches de pain complet ;
  • 2 œufs brouillés au curry cuits sans matière grasse ;
  • 2 abricots ;
  • un grand bol de thé vert sans sucre.

Au déjeuner :

  • de la salade de concombres assaisonnée d’une cuillère à soupe d’huile d’olive extra vierge ;
  • une portion de tofu aux épices ;
  • une poêlée de courgettes ;
  • une tasse de thé vert sans sucre.

Au dîner :

  • un potage de légumes verts ;
  • une salade de chou et de carottes avec une cuillère à café d’huile de noix ;
  • 4 sushis au saumon ;
  • une banane ;
  • une tasse de thé vert sans sucre.

Jeudi

Au petit déjeuner :

  • 2 tranches de pain aux céréales ;
  • un yaourt nature au lait de chèvre ;
  • une orange ;
  • un grand bol de thé vert sans sucre.

Au déjeuner :

  • un steak de soja au curcuma ;
  • 2 endives braisées ;
  • une tranche de pain de seigle ;
  • une tasse de thé vert.

Au dîner :

  • une salade d’algues assaisonnée d’une cuillère à soupe d’huile d’olive extra vierge ;
  • des gambas grillées ;
  • du riz complet ;
  • une compote de pêches ;
  • une tasse de thé vert sans sucre.

Vendredi

Au petit déjeuner :

  • un bol de muesli au lait de soja ;
  • une banane ;
  • un grand bol de thé vert sans sucre.

Au déjeuner :

  • un filet de lieu jaune au basilic frais et aux oignons ;
  • des pousses de soja et des carottes sautées ;
  • une tranche de pain complet ;
  • une tasse de thé vert sans sucre.

Au dîner :

  • de la salade de mâche agrémentée d’une cuillère à soupe d’huile d’olive extra vierge et d’une gousse d’ail ;
  • un émincé de volaille aux poireaux ;
  • une pomme ;
  • une tasse de thé vert sans sucre.

Samedi

Au petit déjeuner :

  • 2 galettes de riz ;
  • un milkshake au lait de soja et aux fruits rouges ;
  • un grand bol de thé vert sans sucre.

Au déjeuner :

  • des radis ;
  • une escalope de poulet parfumée au thym ;
  • de la purée de patates douces ;
  • une tasse de thé vert.

Au dîner :

  • une soupe de potiron ;
  • des crevettes à la sauce soja et au citron vert ;
  • du blé avec des poivrons ;
  • une moitié de melon ;
  • une tasse de thé vert sans sucre.

Dimanche

Au petit déjeuner :

  • 2 tranches de pain complet ;
  • un œuf au plat persillé ;
  • un demi-pamplemousse sans sucre ;
  • un grand bol de thé vert sans sucre.

Au déjeuner :

  • une salade de laitue assaisonnée d’une cuillère à soupe d’huile de colza et d’une cuillère à café de vinaigre balsamique ;
  • des pâtes complètes aux courgettes et au tofu soyeux ;
  • une tasse de thé vert sans sucre.

Au dîner :

  • un sashimi au riz complet et au thon ;
  • une salade de lentilles et de pousses de bambou ;
  • 2 rondelles d’ananas saupoudrées de cannelle ;
  • une tasse de thé vert sans sucre.

Tous les jours, il est possible de prendre une collation si vous en ressentez l’envie :

  • un fruit frais ou des fruits secs ;
  • un yaourt ou un verre de lait à base de soja ;
  • du chocolat noir.

Les aliments vedettes du régime Okinawa

La goya

Les aliments vedettes du régime OkinawaCette sorte de concombre amer est le symbole de la gastronomie de l’île. Ce légume intègre la confection du plat local appelé chanpuru qui mélange du tofu, des légumes de saison et de la goya.

Le heshima

Plus connu sous le nom de courge-torchon, il s’emploie dans les marinades. Les fruits mûrs peuvent servir d’éponges. Il est riche en vitamines C et A.

L’imo

Il s’agit de la patate douce. Elle est tellement prisée que les Okinawaïens emploient l’expression As-tu assez d’imo ?, pour dire Comment vas-tu ? L’imo est riche en flavonoïdes.

Le curcuma

Il est quasi inconnu au Japon, mais à Okinawa, il est employé dans tous les plats, y compris dans le thé. Le curcuma est utilisé depuis très longtemps comme anti-inflammatoire par la médecine ayurvédique indienne. On le considère aujourd’hui comme protecteur du cancer colorectal.

Le kombu

Cette algue sert principalement à préparer du bouillon, nommé dashi. Le kombu est riche en acide glutamique qui augmente la digestibilité des aliments et attendrit leurs fibres. Le kombu accompagne avantageusement les légumineuses dont il abrège le temps de cuisson. Il est particulièrement riche en calcium, en fer, en potassium et en iode.

L’enoki et le shiitaké

Ces deux champignons sont les plus consommés à Okinawa. Riches en fer plus assimilable que celui des autres végétaux, l’enoki et le shitaké sont réputés pour stimuler le système immunitaire. Ils sont à peine cuits, sinon ils deviennent fibreux et durs.

Le fruit du ginkgo

Ce fruit sert à concocter des infusions de feuilles. Il est riche en vitamines B et en potassium.

Les secrets de longévité du régime Okinawa

Un faible apport calorique

Les secrets de longévité du régime OkinawaEn raison de leur teneur élevée en eau, en fibres ou en protéines, consommer des aliments à basse et très basse densité énergétique permet d’ingérer moins de calories. Dans une étude scientifique parue en 1996, l’apport calorique des hommes et des femmes centenaires d’Okinawa était d’environ 1 100 calories par jour, ce qui est moins que ce qui est recommandé pour ce groupe d’âge.

Il a été démontré chez l’animal que la restriction calorique améliore la longévité. Chez l’humain, à court terme, cette privation apporte certains bienfaits, notamment une amélioration du taux de cholestérol et des triglycérides. Une étude prospective, publiée dans The Journal of Gerontology en 2004, a révélé que les hommes qui consomment 15 % à 50 % moins de calories que la moyenne réduisent leur risque de mortalité toutes causes confondues.

Un rapide sentiment de satiété

La richesse nutritionnelle des aliments à basse densité énergétique procure immédiatement une agréable sensation de satiété. En prenant cette habitude, vous arrêtez de manger avant d’être complètement rassasié. Par conséquent, la perte de poids est inévitable.

La réduction des radicaux libres

D’autre part, la restriction calorique induite par la consommation d’aliments à basse et très basse densité énergétique engendre moins de déchets métaboliques, donc moins de radicaux libres réputés pour accélérer le vieillissement et qui seraient à l’origine de toutes nos maladies occidentales. C’est ce qui permettrait de vivre plus longtemps. En effet, durant le processus de digestion, l’organisme produit beaucoup de radicaux libres qui, au fil des années, détériorent les cellules qui transforment les aliments en énergie.

Une protection naturelle contre la plupart des pathologies actuelles

La restriction calorique permet aussi de réduire les taux d’insuline dans le sang et d’œstrogènes qui circulent dans l’organisme. Elle entraîne de même l’augmentation de la réponse immunitaire et protège contre l’obésité, l’insulinorésistance, les cancers hormonodépendants, l’athérosclérose, l’ostéoporose, les attaques cérébrales, les maladies cardiaques.

Des études ont été menées et ont conclu que les aliments traditionnellement consommés dans la région d’Okinawa possèdent des propriétés anti cancer plus élevées que ceux consommés dans le reste du Japon.

La tradition, le meilleur des nutritionnistes

Il faut aussi retenir que le secret de longévité des habitants d’Okinawa tient non seulement à leur alimentation, mais aussi à des facteurs socioculturels, psychologiques et héréditaires.

Le régime d’Okinawa ne commet aucune des erreurs qui ont amené notre alimentation industrielle dans l’impasse. Ce qui nous distingue probablement le plus de ces Japonais du bout du monde, c’est le respect qu’ils ont pour l’acte de manger. Sur cette île sans grandes ressources, on emploie en cuisine près de deux cents aliments, les trois quarts étant des végétaux, dont trente-cinq sont consommés très régulièrement et dix-huit chaque jour ! A Okinawa, l’alimentation est culturellement très importante.

On considère le repas comme un moment riche et plaisant qu’il ne faut pas manquer ou négliger. On pourrait donc s’attendre à trouver plus d’obèses que de centenaires, mais c’est tout le contraire qui se produit. Le respect pour l’aliment et pour le temps du repas s’accompagne de plusieurs traditions dont nous ferions bien de nous inspirer, comme le hara hachi bu, le kuten gwa et le nuchi gusui.

Ce respect fondamental pour ce qu’ils prélèvent dans la nature pour s’alimenter amène les Okinawaïens à se nourrir avec des aliments frais, à les cuire peu, à les consommer séparément pour apprécier la saveur de chaque ingrédient et à les mettre en scène avec des assiettes esthétiques, tant du point de vue de l’aspect que des saveurs. Une manière de respecter son corps qui participe sans nul doute à sa santé. Chaque repas, sans être cérémonieux, est un moment de concentration. Tout cela fait une sacrée différence avec nos plats préparés, nos goûts standardisés et nos repas pris sur le pouce.

De l’activité physique

Le degré d’activité physique est un facteur essentiel de longévité. Les Okinawaïens restent constamment en mouvement. Sans nécessairement s’adonner à un sport intense tous les jours de la semaine, les séniors d’Okinawa ont généralement exercé un emploi qui favorisait l’activité physique, et continuent de beaucoup marcher.

Par ailleurs, ils fument très peu et gardent à l’esprit que l’activité physique favorise une bonne santé. Il apporte en effet des bienfaits cardiaques en améliorant la fluidité sanguine, en dilatant les vaisseaux, en répartissant mieux l’oxygène et les nutriments. Bouger améliore également le sommeil, ce qui a pour effet de ralentir le processus du vieillissement grâce à une meilleure réparation des tissus. Une agréable sensation de bien-être envahit le corps tout entier, sans omettre le fait que se mouvoir au quotidien diminue les risques de diabète et d’ostéoporose.

Articles complémentaires :   Présentation du régime Vert : Avis, prix, effet ...

Une sagesse millénaire

Les habitants d’Okinawa ne font pas qu’adopter une alimentation qui entretient la jeunesse et la bonne forme du corps et de l’esprit. Il faut évoquer la philosophie de vie d’Okinawa plus en phase avec la nature et les flux d’énergie. Les Okinawaïens ont une propension à rester en mouvement, une perception très positive du monde et de la vie, une capacité à gérer le stress grâce à la méditation, aux massages et au sport, à déguster les plaisirs simples de la vie comme écouter de la musique ou s’amuser entre amis.

Ils entretiennent de solides réseaux de soutien, ont beaucoup d’humour et de créativité, et enfin, cultivent le respect de la famille, celui qui remplit le cœur d’une force vive et donne envie d’aimer l’existence. Les habitants d’Okinawa ont une façon totalement différente des Occidentaux d’aborder les difficultés de la vie puisqu’ils le font avec patience, tolérance et résilience. Tout cela contribue au bien-être et à la longévité, et vous pouvez en faire de même pour espérer, vous aussi, devenir centenaire.

Pour prendre exemple sur ces personnes pleines de sagesse, vous devez essayer de ne pas paniquer ou de ne pas vous énerver face à une menace ou un problème potentiel qui se révèle n’être pas si grave qu’il en a l’air au premier abord. L’analyse de la situation doit se faire avec raison et relativité. Ainsi, c’est autant d’énergie inutilement dépensée en moins et autant de stress évité à l’organisme.

Pour faire le calme et réussir à ne plus manger de façon compulsive, il existe de nombreuses petites techniques dont chacun devrait s’inspirer comme la respiration lente et profonde, la concentration sur le rythme cardiaque, la méditation, la visualisation, les étirements des membres, le contact avec l’eau et l’exposition au soleil mais de manière modérée.

Les résultats sont très positifs sur l’organisme puisque se font très rapidement constater une baisse du stress et de l’anxiété, une réduction du taux de dépression et une meilleure canalisation de l’énergie alors disponible pour des actions plus positives et productives.

Il est aussi capital de se sentir bien entouré. Plusieurs études ont montré l’importance pour l’être humain de tisser des liens sociaux, qu’ils soient familiaux, amicaux ou communautaires. L’esprit d’entraide, yuimahru, est très enraciné. Ensemble, ils pratiquent le jardinage, la marche et le tai-chi jusqu’à un âge avancé. Les personnes âgées ne sont jamais isolées. Elles restent professionnellement actives car la retraite est un concept inconnu là-bas, et continuent de participer à la vie sociale.

Conseils pour bien vieillir avec le régime Okinawa

Varier votre alimentation

Conseils pour bien vieillir avec le régime OkinawaPour pallier au manque de calcium du régime Okinawa qui est inévitable avec les ingrédients que l’on trouve dans nos pays, il est primordial de se référer à la grande règle du programme minceur qui pousse à varier autant que possible votre alimentation.

Même si les Asiatiques ne consomment quasiment pas de produits laitiers, il est préférable d’en maintenir trois portions par jour, quitte à se limiter aux moins gras comme les yaourts, notamment les yaourts bios au bifidus et au lactobacillus ou encore des fromages allégés.

Il est également possible d’envisager la consommation de produits enrichis en calcium, tel que certaines boissons au soja. Vous obtenez également vos apports en calcium en buvant une eau minéralisée et en préparant le thé avec une eau minéralisée riche en calcium. De plus, manger un peu de tout vous assure de faire le plein de nutriments et d’apporter tout ce dont peut avoir besoin votre organisme.

Privilégier les aliments frais

Les anciennes générations d’Okinawa ont su préserver une alimentation adaptée à leur mode de vie et à leurs activités, tout en sachant puiser dans les richesses de la nature. La pyramide du régime Okinawa permet d’apprendre à mieux manger et d’évincer le sucre et le sel nécessairement néfastes au bon fonctionnement de l’organisme.

Vous devez donc supprimer autant que possible les plats industriels et les desserts sucrés. Sur le long terme, vous avez l’assurance de vous sentir en meilleure forme et de vous préserver des maladies graves qui touchent un grand nombre des individus de notre société moderne.

Penser à inclure au moins une fois par jour un légume sec, un crucifère autrement dit un légume de la famille des choux, un légume orange pour le bêtacarotène, un légume vert pour la chlorophylle et le magnésium, un légume rouge comme la tomate, l’aubergine, la betterave, la pomme de terre vitelotte, et un légume de la catégorie ail, oignon, ciboulette.

Pour une cuisson optimale des aliments, rien de meilleur que le wok, idéal pour décupler les saveurs. Veillez à ce que la cuisson soit douce afin de garder toutes les vertus. Si, pour cuire vos aliments, vous avez besoin d’un peu d’huile, vous pouvez utiliser un vaporisateur afin d’utiliser la juste quantité.

Vous mangerez des fruits, aussi bien frais que secs, en dessert et en en-cas.

Ne consommer que très peu de produits d’origine animale

Les viandes et les produits laitiers sont à remplacer par des protéines végétales, qui comptent davantage de bienfaits pour la santé. Incomplètes, il est bon de les associer entre elles pour respecter un équilibre parfait, soit une céréale avec un légume sec. Sous forme de gruau au petit déjeuner, en accompagnement avec un peu de sauce de soja, mais aussi dans les sushis et autres makis, le riz est incontournable à Okinawa comme dans tout le Japon.

L’idéal est de le choisir complet car il est plus riche en fibres, donc meilleur pour le transit intestinal. Prenez le réflexe de placer systématiquement sur la table un petit bol de riz à côté de chaque assiette, avec une bouteille de sauce de soja. Poissons maigres, coquillages et crustacés doivent être privilégiés au détriment de la viande. La présence régulière de poissons contribue effectivement au bon fonctionnement cérébral et à une vitalité renforcée. Mais les poissons sont également de merveilleuses sources de calcium, surtout lorsqu’ils sont associés aux crucifères du type chou chinois.

Opter pour de bonnes graisses

Comme assaisonnement, utilisez une huile particulièrement riche en oméga 3. Si vous consommez simplement deux cuillères à soupe d’huile de colza et trois poissons gras par semaine, vous obtenez la quantité optimale d’oméga 3.

Contrôler la consommation d’alcool

Très caloriques, les boissons alcoolisées ralentiront considérablement votre objectif de poids. Seul le vin rouge peut être autorisé en petite quantité, pour ses propriétés anti oxydantes. Vous ne dépasserez pas deux verres de vin rouge par jour.

Adapter le régime à son propre cas

Il convient d’adapter la méthode amincissante à votre situation personnelle. Ainsi, le fait de réduire la viande rouge est très intéressant pour de nombreuses personnes. Toutefois, cela peut exposer à des carences en fer les femmes enceintes, ou encore épuiser davantage les femmes ayant des règles abondantes, etc…

Par ailleurs, la large part faite aux aliments à base de soja dans le régime Okinawa ne convient pas à tout le monde. Selon l’Agence nationale de sécurité des aliments, en cas d’antécédents de cancer du sein, il est recommandé de ne pas dépasser deux aliments au soja par jour.

Boire beaucoup d’eau

Ni vin, ni soda, ni café à Okinawa. Les insulaires boivent du thé vert aromatisé au jasmin ou simplement de l’eau. L’idéal est de boire au minimum 1,5 litre d’eau et au moins 2 tasses de thé vert ou d’infusion de plantes indispensables pour drainer les toxines et apporter de précieux minéraux. Vous veillerez néanmoins à limiter votre consommation de thé en fin de journée afin de favoriser une bonne nuit de sommeil. En prime, elle coupe l’appétit.

Faire de petits repas

Vous devez sortir léger de table. Pour ne pas trop manger :

  • mettez-vous à table seulement si vous avez faim ;
  • avant le repas, détendez-vous par des respirations profondes ;
  • avant de manger, buvez un grand verre d’eau, de jus de fruits frais ou de légumes ;
  • commencez les repas principaux par des crudités ou une soupe ;
  • utilisez de petites assiettes et découpez les aliments très finement, façon cuisine au wok ;
  • mangez lentement, prenez le temps de mastiquer en vous concentrant sur la saveur des aliments, sans télévision, téléphone, ni ordinateur.

Se détendre

Pour faire une bonne coupure dans la journée et relaxer le corps mais aussi l’esprit, vous pouvez prendre une pause avant chaque repas pour respirer, vous calmer, ressentir votre être tout entier. Ainsi, vous n’abordez pas le repas en étant stressé, et vous évitez de vous remplir simplement pour compenser votre état anxieux.

Voir du monde

 Changez-vous les idées en rencontrant du monde, en sortant au restaurant avec vos proches, en emmenant vos enfants au parc. Tout est bon pour ne plus penser à votre quotidien harassant. Par ailleurs, vous évitez la solitude qui peut pousser au grignotage.

Une activité physique régulière

Une alimentation saine combinée à une activité physique régulière, voilà où réside le secret d’une santé de fer et, par voie de conséquence, d’une silhouette parfaite comme le prouvent les insulaires d’Okinawa. Optez pour un sport qui vous plaît afin de garder la motivation et avoir envie de bouger.

Vous aimez la nature ? La randonnée est faite pour vous. Pensez alors à marcher activement, ou mieux encore à vous munir de bâtons de marche pour activer l’ensemble de la masse musculaire. Vous vous sentez à l’aise dans l’eau ? La natation, l’aquagym et l’aqua-bike sauront vous satisfaire. La danse vous a toujours fait rêver ? Lancez-vous !

Un changement alimentaire progressif

Ne vous mettez pas à changer du jour au lendemain votre alimentation habituelle pour adopter le régime Okinawa. Mieux vaut introduire petit-à-petit de nouvelles habitudes alimentaires car si vous n’êtes pas habitué à consommer beaucoup de végétaux, la cure bien-être peut occasionner des troubles digestifs temporaires, comme des ballonnements. Désormais que vous avez percé les mystères de l’île des centenaires, peut-être deviendrez-vous le prochain doyen de la France !

Les avantages du régime Okinawa

L’adoption d’une meilleure hygiène à vie

Les avantages du régime OkinawaL’orientation vers une alimentation plus végétale prônée par les nutritionnistes pour faire le plein de micronutriments protecteurs de la santé tels que vitamines, minéraux, polyphénols, est garante d’un esprit sain dans un corps sain. Parce qu’il fait la part belle aux aliments riches en fibres et en protéines d’origine végétale, le régime Okinawa apporte un sentiment de satiété immédiat et un grand bien-être.

Suivre cette cure bien-être représente bien plus que suivre une quelconque diète amaigrissante prometteuse. En suivant le régime Okinawa, vous modifiez définitivement votre hygiène de vie. Plus qu’un régime, Okinawa inculque les bonnes habitudes alimentaires à garder définitivement en incitant à se préparer des portions satisfaisantes d’aliments à densité énergétique faible. Vous apprenez à manger en fonction de vos sensations et de vos réels besoins énergétiques.

Le programme Okinawa s’avère être une réelle ligne de conduite nutritionnelle qui convie à l’adoption d’une autre philosophie de vie. Vous voyez alors s’envoler les kilos et votre taille s’affine sans difficulté dans la durée. D’ailleurs, dans notre société où l’obésité est en croissance constante, le concept de la densité énergétique des aliments aurait avantage à prendre plus de place dans les recommandations nutritionnelles.

Une alimentation saine non privative

Les personnes adeptes des aliments du règne végétal ne peuvent qu’être comblées par le régime Okinawa basé sur des produits simples, naturels et antioxydants. En effet, produits céréaliers, tofu, fruits et légumes sont à consommer sans modération.

La désagréable sensation de faim n’est donc guère ressentie malgré un apport calorique minimisé et des quantités réduites. La frustration n’a aucun risque de faire son apparition. Le programme minceur permet de garder toute votre vitalité et ce, sans craindre la monotonie dans votre assiette puisque le régime Okinawa repose sur une alimentation équilibrée et diversifiée, contrairement à bien des régimes, fatigants.

Pas d’effet yoyo

Bien qu’il n’impose pas de période d’attaque ni de phase de stabilisation, le régime Okinawa n’entraîne pas le tant redouté phénomène yoyo, une qualité de plus en plus rare dans les régimes amaigrissants.

Il s’agit effectivement plus à proprement parlé d’un mode alimentaire et d’une hygiène de vie saine à adopter sur une longue durée, et non d’une méthode pour perdre du poids en quelques semaines. Si vous respectez scrupuleusement ses règles, vous reviendrez progressivement à votre poids d’équilibre et ne reprendrez pas les kilos disparus.

Un mode de vie simple à appliquer au quotidien

Dans sa version adaptée pour l’Occident, la méthode minceur s’avère être particulièrement facile à mettre en œuvre à court et à long terme. Elle ne requiert qu’une bonne connaissance des principes pour pouvoir les appliquer facilement au quotidien.

D’une certaine façon, le régime Okinawa n’interdit aucun aliment. Tout ici est question de fréquence et de quantités. Il suffit de garder à l’esprit que plus la densité calorique d’un aliment est basse, plus vous pouvez le consommer.

A l’inverse, plus elle est forte, plus l’aliment doit se faire rare à votre table. Il est donc totalement inutile de perdre du temps à calculer le nombre de calories ingérées. Le programme amaigrissant peut être suivi facilement à l’extérieur de la maison puisqu’il suffit de choisir un restaurant où l’on sert du poisson ou des plats végétariens.

Un régime révolutionnaire protecteur de la nature et de l’être humain

Il est également important de noter que le régime Okinawa est un régime écologique. Cette cure bien-être incite à acheter des végétaux de saison produits localement, autrement dit les plus riches en vitamines et autres bons nutriments, et les plus respectueux de la Terre.

L’élevage intensif des animaux maltraite la nature étant donné que ces derniers sont de grands consommateurs de surface agricole. Par conséquent, limiter les produits d’origine animale ne peut qu’être bienfaisant pour l’environnement, et par la même occasion pour la santé de l’humanité toute entière.

Un régime anti-crise

Dans le cadre du régime Okinawa, la consommation s’avère être particulièrement raisonnée, vous permettant de réaliser de grosses économies. Vous devez certes acheter toutes les catégories d’aliments recommandées, mais il n’apparaît pas si onéreux de se procurer des fruits et des légumes frais et bio, à partir de l’instant où vous devez diminuer la viande, les produits transformés et le fromage.

L’apprentissage d’un mode de vie décontracté

Le régime Okinawa apporte de nombreuses recommandations sur l’hygiène de vie. Il tente de freiner les effets néfastes de notre société de surconsommation dans laquelle dominent le stress et la sédentarité, principales causes de mortalité. En suivant cette diète inspirée de l’île d’Okinawa, vous adoptez par la même occasion les principes de vie de ses habitants, vous faites davantage d’activité physique et vous retrouvez la sérénité au quotidien.

Lutter contre les maladies métaboliques

A l’origine, l’objectif du régime Okinawa n’était pas de perdre du poids, même si son suivi présente un réel effet minceur sur la silhouette, mais de prévenir les maladies telles que les cancers et autres maladies cérébrales ou cardiaques.

Suivre cette cure bien-être améliore le fonctionnement du cerveau et vous permet d’éviter la maladie d’Alzheimer qui n’existe quasiment pas sur l’île d’Okinawa. Adopter les principes de cette diète extrêmement prometteuse vous permet de mettre toutes les chances de votre côté pour vieillir en pleine forme.

Les inconvénients du régime Okinawa

Les inconvénients du régime OkinawaPlusieurs variétés de légumes, d’herbes aromatiques, d’épices et d’espèces de poissons du régime Okinawa ne sont pas présentes en Occident. Les produits asiatiques peuvent être difficiles à trouver si vous n’habitez pas dans une grande ville.

Il est certainement possible de les remplacer, mais alors vous ne pouvez pas vous attendre exactement au même résultat, du moins quant à la longévité.

Les personnes qui apprécient la viande risquent rapidement de se sentir frustrées tant les végétaux tiennent une grande place dans le régime Okinawa.

Le fait de ne pas pouvoir manger à sa faim durant les repas peut être difficile à appliquer à long terme. Les restrictions risquent de vous faire basculer dans des périodes d’excès alimentaires difficiles à contrôler.

Si vous appliquez le régime Okinawa au sens strict, les produits laitiers s’en trouvent absents. Vous risquez alors de subir des carences en calcium.

Les algues pourraient nuire à la santé des personnes atteintes d’hypothyroïdie ou d’hyperthyroïdie.

S’il est plausible que la consommation de soja protège les femmes asiatiques de l’ostéoporose et du cancer du sein par le biais des phyto-oestrogènes, ce n’est pas du tout démontré pour les Européennes qui n’assimilent probablement pas les composants du soja de la même façon. En effet, ingérer des produits à base de soja au quotidien pourrait accroître les risques de cancer du sein.

Réduire son apport calorique sans surveillance médicale pour une personne ne souffrant pas d’embonpoint ou d’obésité n’est pas conseillée. De toute façon, il n’existe pas de données scientifiques au sujet de l’effet à long terme d’une restriction calorique sur l’être humain. Certains chercheurs s’inquiètent de possibles conséquences négatives, notamment les risques de carences nutritionnelles. La supervision d’un médecin et d’un nutritionniste est vivement recommandée.