Les bons réflexes du régime Fricker

  • Il est fondamental d’apprendre à reconnaître et écouter ses sensations de faim, mais aussi de satiété. Concoctez-vous une entrée ou un dessert seulement si vous avez faim et sortez de table dès que vous êtes rassasié ;
  • Vous devez absolument prendre conscience des comportements nocifs comme la surconsommation calorique, un trop plein de matières grasses, un manque d’exercice physique, un fort niveau de stress qui peut avoir pour conséquence des prises alimentaires déréglées, etc… ;
  • Variez les aliments riches en protéines. Poissons, volailles, viandes peu grasses, œufs, yaourts et fromages blancs viennent sublimer vos repas et se cuisinent de bien des façons pour ne jamais sombrer dans la monotonie ;
  • Choisissez des boissons non sucrées, ne dépassez pas deux verres de vin par jour pour les femmes et trois verres de vin pour les hommes ;
  • Limitez les temps de cuisson des féculents. Pommes de terre, pâtes et riz al dente sont plus lentement assimilés par l’organisme et distillent leur énergie en continu ;
  • N’épluchez pas les pommes de terre pour garder toutes les vertus nutritionnelles. Par conséquent, tournez-vous vers l’agriculture biologique ;
  • Incorporez un peu de matière grasse dans les plats pour ralentir la digestion des glucides ;
  • Modérez les purées et les compotes. En effet, plus les ingrédients sont mixés, plus la digestion est rapide. De plus, les nutriments en ont profité pour s’enfuir… ;
  • Réservez les sucres rapides pour la fin du repas. Leur digestion s’en trouve ralentie par les aliments qui les ont précédés ;
  • Ne vous enfermez pas dans des règles nutritionnelles trop strictes. A la clé, c’est prouvé, il y a faim, frustrations, troubles du comportement alimentaire et reprise de poids.
Les bons réflexes du régime Fricker
5 (100%) 1 vote

Les commentaires sont clos.