L’exclusion des aliments à indice glycémique élevé du régime Montignac

L’exclusion des aliments à indice glycémique élevé du régime MontignacLa méthode Montignac n’est pas un régime au sens traditionnel du terme. Il s’agit d’un mode alimentaire quantitativement non restrictif et parfaitement équilibré consistant principalement à changer ses habitudes alimentaires à vie. Il ne s’agit plus de manger moins, mais de manger mieux en faisant les bons choix ! Ce qui importe, c’est la manière dont l’aliment va se comporter sur le plan de la physiologie digestive, de même que les effets hormonaux et métaboliques qu’il induit.

Le régime vise à vous déconditionner des messages nutritionnels erronés abusivement centrés sur l’aspect calorique de l’aliment, qui font malheureusement partie de notre culture, et que de nombreux professionnels de la diététique continuent à véhiculer malgré leur inefficacité notoire.

La prise de poids ne dépend en rien des apports en calories, mais plutôt de l’ingestion des mauvais aliments. Il distingue notamment les bons glucides qui sont ceux ayant un index glycémique bas, des mauvais glucides à l’index glycémique élevé. L’IG permet d’évaluer le temps d’absorption des sucres des aliments par l’organisme après le repas. En prenant comme référence le glucose et en attribuant 100 à la valeur de son indice glycémique, il est possible de comparer les autres aliments et de différencier les glucides à indice bas et ceux à indice haut.

Lorsque l’index glycémique dépasse 55, l’aliment est considéré hyperglycémiant, c’est-à-dire qu’il cause une forte hausse du taux de glucose sanguin, autrement dit de la glycémie. Cette recrudescence occasionne à son tour une sécrétion importante d’insuline dans le sang qui entraîne le stockage du sucre excédentaire sous forme de graisses de réserve, d’où la prise de poids.

Eviter les glucides à fort IG

Il faut donc éviter les glucides à fort IG qui font grimper la glycémie comme les pommes de terre, le riz blanc et le pain blanc, les pâtes trop cuites, les céréales raffinées ou encore les carottes cuites qui élèvent l’indice glycémique du fait de la gélatination. A l’exception du fructose présent dans les fruits, tous les sucres sont également à bannir, aussi bien le sucre blanc que le sucre de canne, le sirop d’érable que le miel.

En revanche, les céréales complètes, les légumineuses comme les haricots secs et les lentilles, ou le riz complet, ont un IG bas et sont donc autorisés deux ou trois fois par semaine. Michel Montignac insiste beaucoup sur les aliments riches en fibres alimentaires qui réduiraient considérablement la sécrétion insulique du fait de leur dégradation difficile par l’organisme, les sources de protéines maigres comme la volaille et le poisson, ainsi que les bons gras.

Le choix des matières grasses est donc à surveiller de très près. Vous avez l’interdiction formelle de recourir aux acides gras saturés des huiles raffinées comme l’huile de palme, de la graisse animale comme le beurre, la margarine, le saindoux. En remplacement, vous devez privilégier les acides gras polyinsaturés oméga 3 que l’on retrouve en grande quantité dans la graisse de poisson, et les acides gras mono insaturés présents dans les graisses végétales telles que l’huile d’olive extra vierge.

En éliminant les mauvais sucres, en augmentant les gras insaturés et les protéines, vous pouvez espérer perdre jusqu’à 5 kilos par mois simplement grâce à un procédé physiologique complexe qui n’a rien à voir avec les calories.

L’exclusion des aliments à indice glycémique élevé du régime Montignac
5 (100%) 1 vote

Les commentaires sont clos.