Les protéines, un substrat énergétique essentiel à l’organisme

L’importance des protéines

L’importance des protéines est inscrite dans leur nom. En grec ancien prôtos signifie premier dans le sens d’essentiel. Seule source d’azote du corps humain, les protéines sont véritablement indispensables à la vie. En effet, toutes les cellules et tous les tissus du corps humain contiennent des protéines qui en assurent leur bon fonctionnement. Elles servent à construire et à renouveler la couche supérieure de la peau, les ongles et les cheveux, les muscles, les os, le plasma.

Ces éléments nutritifs approvisionnent même les neurotransmetteurs, qui alimentent le système nerveux central indispensable aux capacités auditives, visuelles, olfactives, etc… Ce sont les différentes protéines qui font que les muscles sont les muscles, que le foie n’est pas le cerveau, qui déterminent la structure du rein, de nos viscères, de notre peau, de nos phanères. C’est aussi grâce aux protéines que notre corps peut se défendre contre les virus et les bactéries.

Nécessaires à de nombreuses fonctions biologiques, elles entretiennent tout simplement notre organisme. Constituant pas moins de 20 % de la masse totale du corps, les protéines sont formées d’acides aminés, qui sont au nombre de vingt. Tout comme les lettres de l’alphabet, les acides aminés peuvent être disposés selon des millions de combinaisons pour créer le langage des protéines. Selon la séquence issue de la fusion, la protéine engendrée occupe dans le corps des fonctions spécifiques.

Ce sont les aliments contenant des protéines qui apportent au corps les acides aminés. Les enzymes digestives désagrègent les protéines. Le corps absorbe les acides aminés et les reconstruit selon de nouveaux schémas correspondant à ses propres besoins pour la croissance et le maintien, ainsi que pour le contrôle des fonctions vitales.

Les deux types d’acides aminés

Douze acides aminés sont non essentiels car ils peuvent être élaborés par l’organisme à partir de la dégradation d’autres acides aminés issus de la nourriture. En revanche, huit d’entre eux sont vitaux et ne peuvent être produits en quantités suffisantes par l’organisme.

Ils doivent donc être apportés par l’alimentation. Le corps, ne sachant pas synthétiser ces acides aminés essentiels, désintègre et reconstruit en permanence les protéines. Ce processus ininterrompu suppose un apport constant de protéines dans le régime alimentaire.

Les aliments contenant des protéines animales, telles que la viande, le lait et les œufs, apportent de grandes quantités d’acides aminés essentiels. Dans les sources de protéines végétales, au moins un acide aminé essentiel est manquant ou se trouve en quantité insuffisante.

Néanmoins, en associant ces sources de protéines de manière adéquate, il est possible de couvrir la totalité de vos besoins. Absorber des protéines animales deux ou trois fois par jour ou des protéines végétales combinées comme les céréales complètes, les légumes, les légumineuses, les noix et les graines quatre fois par jour, couvre largement vos besoins en protéines.

Un besoin permanent de protéines

L’homme ne sait pas synthétiser directement les éléments qui lui sont indispensables, comme le font les plantes à partir de l’azote et du gaz carbonique. Le corps humain ne contient pas de réserve de protéines où il pourrait venir puiser en cas de besoin, alors qu’il sait très bien stocker les graisses. Pour que les organes restent en parfait état de marche, il leur faut perpétuellement renouveler les tissus usés, car le corps détruit chaque jour environ trois cents grammes de ses propres protéines.

Même s’il en reconstitue une partie lui-même à partir de ses déchets, il lui faut un apport complémentaire. Ainsi, il ne peut trouver sa dose de protéines que dans son alimentation. C’est pourquoi l’apport de protéines doit être régulier, quasiment quotidien. Sinon, l’usure des tissus risque de ne pas être compensée. Par conséquent, l’organisme réclame quotidiennement des protéines, même une fois que la croissance est terminée, et il en va véritablement de sa survie.

Un régime extrêmement pourvu en protéines

Les protéines sont des macronutriments dont votre organisme a besoin en grandes quantités pour les répartir dans la masse musculaire, pour la production de cellules organiques et le soutien des fonctions corporelles essentielles.

Les protéines sont impliquées dans presque tous les processus corporels. Etant donné que ces parties du corps se développent constamment, il est avisé de consommer quotidiennement des protéines. En cas de carence de protéines dans votre alimentation, votre corps puisera ces éléments dans ses propres ressources. Dans le cadre du régime PSMF, les excédents de certains acides aminés et de protéines sont courants.

Le foie les transforme alors en glucides, qui fournissent de l’énergie. Etant donné que les muscles sont composés de protéines, les athlètes consomment parfois davantage de protéines pour renforcer leurs muscles et les développer. Par conséquent, le régime Protein Sparing Modified Fast vous assure un apport élevé en protéines pour que vous perdiez votre masse adipeuse sans que l’amaigrissement soudain ne dégrade les tissus musculaires. Et c’est aussi pour renforcer la musculation que la diète minceur insiste sur l’importance d’un entraînement physique régulier.

S’assurer de bons apports protéiques

Le régime PSMF vous fournit suffisamment de protéines pour permettre de nourrir les fibres musculaires. Les protéines contribuent à lutter contre l’insuffisance veineuse et la rétention d’eau. Les muscles agissent en effet comme une contention naturelle des veines des membres inférieurs.

Par ailleurs, les protéines rassasient, évitant ainsi une surconsommation calorique. Vous devez privilégier les sources de protéines de haute valeur biologique pour maigrir tout en optimisant votre santé : poissons, laitages, soja, œufs et viandes, en vous tournant autant que possible vers les produits laitiers et les viandes maigres pour alléger l’addition calorique sans diminuer les quantités.

Pour déstocker vite, vous prévoyez au déjeuner une belle portion de poisson ou de viande maigre, à hauteur de 150 g, ainsi qu’un laitage allégé en matières grasses par repas, qu’il soit végétal ou animal pendant toute la durée de la phase de transition. Pour le palier définitif de maintien, vous pouvez ajouter une portion de 100 g de protéines au dîner et vous continuer de consommer trois produits laitiers maigres à répartir sur les trois repas journaliers.

Une balance calorique négative

Le docteur Georges Blackburn a déterminé la quantité exacte de protéines à donner à un sujet au cours d’une cure d’amaigrissement pour protéger sa masse musculaire. Pour une période de 24 heures, cette quantité doit se situer entre 1,2 et 1,5 gramme par kilogramme de poids idéal selon qu’il s’agisse d’une femme ou d’un homme.

Ces protéines pures apportent les acides aminés essentiels à l’organisme mais très peu de calories, contrairement aux protéines de l’alimentation. Une privation calorique avec une absence complète d’hydrates de carbone neutralise l’effet anabolique de l’insuline sur le métabolisme physiologique des lipides. Pour avoir la certitude que vous avez un apport en protéines adapté, restez bien attentif aux signaux que votre corps envoie lorsque vous consommez trop ou pas assez de protéines.

Si le corps venait à manquer de protéines, une dénutrition plus ou moins grave interviendrait provoquant les symptômes suivants :

  • De la fatigue ;
  • Des problèmes de concentration ;
  • Une sensation de relâchement lors d’une activité physique ou d’un entraînement ;
  • Une perte de masse musculaire ;
  • Une perte de cheveux ;
  • Une sensation de faim renforcée, en particulier les glucides ;
  • Une réduction des défenses naturelles et donc une perméabilité plus importante aux infections ;
  • Une diminution de la masse musculaire.

En revanche, si vous ingérez trop de protéines, vous verrez apparaître :

  • Un léger mal de dos, à cause des reins tendus ;
  • Une diminution de l’appétit ;
  • Des nausées ;
  • Des gaz et de la constipation, du fait des intestins irrités.

Les aliments les plus riches en protéines

Il est primordial d’avoir une bonne alimentation saine et équilibrée et de respecter les apports nutritionnels quotidiens nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme. Les produits animaux comme les viandes, les laitages, les charcuteries, les poissons, les crustacés et les œufs apportent des protéines complètes et facilement assimilables par l’organisme humain, en particulier l’œuf qui est la source de protéines de référence, tous les acides aminés essentiels y étant représentés.

Les protéines animales sont toujours liées à des lipides. Certains végétaux, les céréales et les légumineuses, contiennent également une bonne part de protéines. Les protéines végétales sont toujours liées à des glucides. Les légumes secs ainsi que les céréales complètes, le soja et le tofu, les fruits secs sont utilisables pour fournir la dose requise de protéines, à condition qu’elles soient associées entre elles.

Notre corps a donc besoin de protéines procurées par l’alimentation pour fonctionner. Toutefois, vous veillerez à consommer les légumineuses avec modération à cause de leur richesse en glucides, et seulement à compter de la phase de maintien.

Auparavant, vous compterez essentiellement sur les compléments alimentaires prescrits par votre médecin pour ne pas subir de carences. En outre, ce n’est pas en mangeant beaucoup de protéines que vous pourrez développer vos muscles puisque les protéines ne servent qu’à colmater l’usure des tissus. Pour se fabriquer des muscles, il est indispensable d’entretenir son corps par de l’exercice physique. Voilà pourquoi un minimum de promenade, d’effort musculaire, de dépense physique, de sport, est fortement recommandé par le régime PSMF.

Les protéines, un substrat énergétique essentiel à l’organisme
5 (100%) 1 vote

Les commentaires sont clos.