Les astuces pour ne pas reprendre de poids après le régime astronaute

Les astuces pour ne pas reprendre de poids après le régime astronauteVous venez de terminer votre régime et ça y est, vous avez enfin perdu les quelques kilos qui vous gênaient. Votre silhouette resplendit et maintenant, le challenge qui vous attend sera de ne pas regrossir. Après le régime astronaute, il est assez fréquent de se relâcher du côté de l’alimentation. Pourtant, il serait véritablement dommage de gâcher vos efforts des semaines précédentes.

Des kilos perdus à vie

Attention, cela ne veut pas dire que vous devez vous interdire millefeuille, fromage ou verre de vin. Pour stabiliser votre poids de forme, il suffit juste d’adopter de nouveaux principes d’alimentation et d’apprendre à gérer vos écarts car il faut rester réaliste, vous allez forcément en faire.

Mais vous saurez désormais comment éviter leurs conséquences sur la balance. Pour ne pas regrossir après votre régime et modeler votre silhouette, n’oubliez pas de bouger, que ce soit pour un footing pour les plus sportifs, ou une marche pour les autres.

A l’arrêt du régime astronaute, apprendre à reconnaître les aliments peu caloriques

Pour fonctionner correctement au regard de la croissance, du renouvellement des cellules, de la masse musculaire, le corps a besoin d’énergie. Cette énergie, exprimée en kilojoules ou en kilocalories, ne peut lui être apportée que par l’alimentation.

Chaque aliment est en effet composé de différents nutriments que sont les protéines, les lipides et les glucides, en proportions variables, qui font sa valeur énergétique. Les micronutriments, autrement dit les vitamines, les minéraux et les oligoéléments, ainsi que l’eau et les fibres n’apportent pas de calories.

On considère que 1 g de protéines équivaut à 4 kcals, 1 g de glucides à 4 kcals et 1 g de lipides à 9 kcals. Ceci explique pourquoi un aliment qui contient beaucoup de lipides est plus calorique qu’un aliment qui contient beaucoup de protéines ou de sucres. Lorsque l’on consomme plus de calories que l’organisme n’en dépense, on grossit. Mais toutes les graisses ne se valent pas, et à calories égales, un plat complet ne peut pas être comparé à un paquet de bonbons très riche en sucres rapides.

Évaluer l’apport d’énergie pour identifier les aliments peu caloriques

Il convient de se renseigner sur la densité énergétique de chaque aliment, c’est-à-dire le nombre de calories qu’il apporte pour 100 g, et de bien connaître les bienfaits de certains aliments dont les calories sont bénéfiques à l’organisme.

Cette densité énergétique est non seulement très variable selon le type de d’aliment du point de vue nutriment, mais aussi selon sa teneur en eau et son taux de fibres qui, s’ils n’apportent pas de calories, jouent sur son poids et son volume, et sur l’effet bienfaisant sur l’intestin. Ainsi, l’huile, qui contient 100 % de lipides, affiche 900 kcals pour 100 g, tandis que la courgette, qui contient 90 % d’eau, 2,5 % de glucides et 1,4 % de fibres, n’apporte que 13 kcals pour 100 g, soit presque 90 fois moins !

D’une façon générale, on peut dire que plus un aliment est riche en eau et en fibres, plus sa densité énergétique est faible. A l’inverse, plus un aliment contient de graisses, plus sa densité énergétique est élevée.

Les astuces pour ne pas reprendre de poids après le régime astronaute
5 (100%) 1 vote

Les commentaires sont clos.